Astus : une aide précieuse pour améliorer la mobilité bas carbone dans les Alpes

Astus : une aide précieuse pour améliorer la mobilité bas carbone dans les Alpes

Le 22 novembre a eu lieu la conférence de clôture du projet Astus à l’Hôtel de Région. La Région était chef de file de ce projet européen qui s’est déroulé sur 3 ans dans le cadre du programme Interreg Espace alpin. À la clé : des échanges fructueux, des prises de conscience et des outils pour diminuer l’empreinte carbone des déplacements dans les Alpes.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a piloté le projet Astus sur le périmètre de l’arc alpin incluant la France, l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie et la Slovénie, depuis novembre 2016. Doté de 2 M€ de budget européen FEDER, le projet a donné de bons résultats : 17 territoires ont testé des outils d’aide à la décision, cartographies, simulateurs de coûts, gouvernance… La démarche collaborative menée avec les sites pilotes a abouti à la création de 129 actions bas carbone ! L’échange d’expériences était au centre de la méthodologie Astus. Deux écoles Astus se sont ainsi réunies en juin 2017 et 2018 pour favoriser l’apprentissage en découvrant les travaux conduits sur les autres territoires, et un catalogue de recommandations faisant la synthèse des travaux a été livré à la fin du projet.

« Astus a permis de cristalliser des réflexions latentes »

C’est l’avis du représentant de la commune de Novo Mesto, un des quatre territoires pilotes dont les conclusions ont été exposées lors de la conférence de clôture. Le représentant de l’arrondissement d’Ebersberg dans la Ville de Munich a témoigné que « la valeur ajoutée d’Astus vient de la méthodologie. Elle a permis de croiser l’utilisation d’un atlas d’accessibilité du territoire avec des calculs de coût et une consultation large des parties prenantes. »

Le représentant de la commune de Werfen en Autriche a également attesté de l’ampleur du travail accompli dans le cadre du projet Astus : « Deux scénarios ont été débattus pour l’accueil de 200000 nouveaux logements en 2040. Le premier consiste à abandonner les parcelles mal desservies ce qui permet de diviser par deux le besoin en foncier ; le second est plus ambitieux puisqu’il permet de diviser par cinq le besoin en foncier en intensifiant l’urbanisation au centre de la commune. Finalement, les élus ont choisi un plan d’action mixte. » Les réflexions et les actions qui ont émergé ont vocation à essaimer dans les années à venir.

Une forte ambition pour les Alpes

Le projet Astus se termine, mais l’action continue ! En effet, Astus était l’un des projets cofinancés par le programme Interreg Espace alpin dont le dernier comité de programmation en octobre 2019 a permis de sélectionner 15 nouveaux projets. La Région Auvergne-Rhône-Alpes est très impliquée dans la préservation du massif alpin et la lutte contre le changement climatique. Ses politiques s’inscrivent autant que possible dans le cadre des directives européennes pour bénéficier de financements plus importants et impliquer un grand nombre de partenaires. À ce titre, l’année 2020 sera spécialement importante puisque la France prend la présidence de la Stratégie de l’Union européenne pour la Région Alpine (SUERA).

Ensemble pour des Alpes plus vertes

Tel est le titre évoquant la présidence française de la SUERA, dont le coup d’envoi sera donné le 4 février 2020 à l’Hôtel de Région. Pendant une année, la Région et ses partenaires seront particulièrement actifs sur le volet du développement durable dans les zones de montagne. Pour en savoir plus, c’est ici : www.alpine-region.eu

Retour en haut de page