Niveau d’investissement record pour le budget 2020

Niveau d’investissement record pour le budget 2020

© Charles Pietri

Adopté en assemblée plénière le 19 décembre, le budget 2020 se caractérise par une capacité d’action encore renforcée pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes, qui prévoit 1,1 milliard d’euros en faveur de l’investissement pour l’année à venir.

Les élus régionaux ont examiné et voté le budget primitif 2020 jeudi 19 décembre. La présentation de la situation financière de la Région permet en particulier de souligner :

  • des économies budgétaires inédites, avec 980 M€ d’économies cumulées au cours des 4 dernières années sur les dépenses de fonctionnement ;
  • une reconstitution de l’autofinancement à hauteur de 760 M€, avec l’objectif de conforter ce niveau ;
  • une augmentation de l’investissement : le seuil de 1 milliard d’euros est franchi en 2019 et un niveau d’investissement record de 1,1 milliard d’euros est prévu pour 2020 ;
  • une réduction continue de la dette, de 85 M€ sur 3 ans.

La capacité d’action de la Région au service des projets d’Auvergne-Rhône-Alpes se renforce donc encore. L’investissement devrait atteindre 1,1 milliard d’euros en 2020. Ces investissements profiteront aux territoires et à la mobilité (456 millions d’euros), aux lycées (333 millions d’euros), à l’emploi et à l’économie, au tourisme, à l’agriculture et à l’innovation (243 millions d’euros) et à une région attractive et solidaire : sport, culture, santé (60 millions d’euros).

Une bonne gestion reconnue

La situation financière de la Région Auvergne-Rhône-Alpes a été totalement assainie. La notation maximale par l’agence Standard & Poor’s a été de nouveau confirmée en 2019 : AA, avec qualité de crédit intrinsèque aa+. L’agence précise : « La gouvernance et la gestion financières de la Région sont très fortes et efficaces, incluant des objectifs budgétaires clairs sur le mandat. En outre, nous apprécions la prospective financière réaliste et très détaillée ainsi que le pilotage budgétaire de qualité. (…) Nous anticipons désormais une forte maîtrise des dépenses de fonctionnement qui devrait permettre à la Région de continuer de dégager structurellement des excédents de financement après investissements. »

Retour en haut de page