L’assemblée adopte le plan régional de lutte contre les violences faites aux femmes

L’assemblée adopte le plan régional de lutte contre les violences faites aux femmes

Dolgachov / 123 RF

Répondre au fléau des violences faites aux femmes nécessite des actes forts et concrets, c’est l’objectif des élus régionaux qui ont dégagé de nouveaux moyens en assemblée plénière jeudi 19 décembre.

Auvergne-Rhône-Alpes est la deuxième région en nombre d’appels au 3919, le numéro pour les femmes victimes de violences. C’est pourquoi, la Région a développé une série de mesures concrètes :

  • Des logements d’urgence disponibles pour mettre en sécurité sans délai les femmes victimes et leurs enfants

En mars 2019, la Région a annoncé la mise en place d’un fonds d’investissement de 1 million d’euros pour favoriser la création d’hébergements d’urgence à destination des femmes victimes et leurs enfants.
Moins d’un an après sa mise en place, ce sont déjà 117 logements d’urgence qui ont pu être financés, situés sur l’ensemble du territoire régional, en partenariat avec des communes et des bailleurs.
En 2020, la Région ira plus loin : 2 millions d’euros pourront être mobilisés sur ce dispositif, ce qui permettra de répondre à l’objectif de 300 logements d’urgence supplémentaires construits d’ici 2021.

  • Encourager la pratique des sports de défense par les femmes

En mars 2019, un dispositif particulier a été mis en place pour faciliter la pratique des jeunes lycéennes aux sports de défense. L’avantage Sport du Pass’Région, en principe de 30 euros, a ainsi été doublé pour les jeunes filles souhaitant accroître leur confiance et acquérir les bons réflexes en cas d’agression par la pratique d’un sport de combat.
Un travail de sensibilisation des ligues concernées est également effectué en ce sens.
Un peu plus de 6 mois après la mise en place de ce dispositif, et malgré la période estivale, cette incitation à la pratique d’un sport de self défense a été utilisée environ 650 fois par des jeunes filles titulaires du Pass’Région.
Pour leur part, 31 clubs sportifs permettant la pratique du self défense et accueillant un effectif féminin à plus de 30 % ont pu faire l’objet d’un accompagnement spécifique, pour un montant de 48 000 euros environ, au titre de l’aide à l’équipement des clubs sportifs.

  • Améliorer la sûreté des voyageurs dans les transports

La Région a très tôt identifié l'enjeu de la sécurité dans les transports et les gares, et a ainsi approuvé dès novembre 2016 un plan de sécurisation. Il s’est traduit par la réalisation d’investissements importants dans les gares et les trains, ainsi que par le renforcement des moyens humains, notamment de police ferroviaire dont les effectifs ont été doublés dans les TER. Aujourd’hui, environ 85 gares parmi les plus fréquentées sont équipées de dispositifs de vidéoprotection et l’objectif visant l’équipement de 123 gares, soit un tiers du parc, est en passe d’être atteint pour fin 2021. La Région accompagne également les communes qui souhaitent sécuriser les abords de leurs gares.

  • Accompagner des projets au quotidien

L’association Filactions s’est fixé comme mission d’impliquer et d’associer les jeunes de 16 à 25 ans dans la lutte contre les violences conjugales, d’informer et de sensibiliser un public le plus large possible. La Région souhaite attribuer une subvention de 20 000 euros pour les actions suivantes : des interventions de prévention destinées aux jeunes ; des actions de sensibilisation auprès d’adultes ; des sessions de formation auprès des professionnels ; le festival « Brisez le silence » : un temps fort rassembleur d’une semaine par an. En complément, l’association propose un nouveau projet de self défense et de prévention des violences sexistes et conjugales en direction des jeunes.

La Région soutiendra également l’Amicale du Nid qui propose un accompagnement global et spécifique vers la sortie de la prostitution et vers une insertion sociale et professionnelle durable. Aujourd’hui, cette association prévoit d’acquérir et de s’installer dans de nouveaux locaux dans le 9e arrondissement de Lyon, plus modernes et mieux adaptés aux activités. La Région propose d’en être le premier financeur public à hauteur de 450 000 euros aux côtés de la Ville de Lyon (100 000 euros) et de la Métropole de Lyon (400 000 euros).

Retour en haut de page