La Région célèbre la Journée internationale des droits des femmes

Mardi 8 mars, de nombreuses animations et actions de sensibilisation sont proposées en Auvergne-Rhône-Alpes pour la Journée internationale des droits des femmes. La Région, de son côté, rappelle son engagement et les dispositifs qu’elle met en place pour protéger les femmes victimes de violences.

Conférences, concerts, expositions, lectures, spectacles : la journée du 8 mars se décline dans tous les départements d’Auvergne-Rhône-Alpes, où les acteurs locaux proposent de nombreuses animations afin de sensibiliser le grand public aux droits des femmes. N’hésitez pas à consulter l’agenda collaboratif de la Région pour retrouver quelques-uns de ces événements proposés.

Pour la Région, la Journée internationale des droits des femmes est l’occasion de remettre l’accent sur les dispositifs qu’elle a mis en place afin de protéger les femmes victimes de violences. Une expérimentation phare a notamment été lancée fin 2021 avec le déploiement de boutons d’alerte connectés, discrets, pour les femmes en situation d’insécurité. Près de 700 boutons d’alerte Monsherif seront ainsi été remis à 23 associations réparties sur l’ensemble de la région, dont 7 CIDFF (Centres d’information sur les droits des femmes et des familles), qui accompagnent partout en Auvergne-Rhône-Alpes des femmes victimes de violences.

Le président de la Région Laurent Wauquiez a précisé : « Les violences faites aux femmes, c’est un phénomène qui s’aggrave et sur lequel on ne doit pas céder à la fatalité. On mise sur la prévention avec un gros travail au sein des lycées auprès des jeunes et des acteurs du terrain. On agit également pour la protection, avec ces boutons d’alerte qui sont une première en France pour une Région. On veut avec cette innovation faire bouger les choses au niveau national. Il faut casser le mur du silence et travailler tous ensemble. La génération qui vient doit être celle où ces violences cessent. »

Renforcement des dispositifs déjà opérationnels

Enfin, les dispositifs régionaux déjà existants ont également renforcés, lors de l’assemblée plénière des 16 et 17 décembre : 160 millions d’euros seront investis sur le mandat pour poursuivre la politique de sécurisation des transports, un objectif de 300 hébergements d’urgence supplémentaires pour les femmes victimes de violences et leurs enfants a été fixé, pour atteindre le seuil de 500 logements financés, et la politique de sensibilisation auprès des lycéens se poursuivra, notamment avec l’association FilActions, qui sera amenée à former les agents de la Région face aux situations de harcèlement dans la rue.


Que faire en cas de violence ? Tout d’abord en parler…
N° anonyme et gratuit : 39 19

Retour en haut de page