Le salon Tech & Bio s’ouvre le 21 septembre

Organisé tous les deux ans dans la Drôme, le salon Tech & Bio est de retour du 21 au 23 septembre à Bourg-lès-Valence. Plus de 20 000 visiteurs y sont attendus par 150 experts et 375 exposants.

Le Salon agricole international des techniques bio et alternatives (Tech & Bio) s’est ouvert au grand public depuis 2019. Son édition 2021 a pour fil rouge le thème du biocontrôle. Du 21 au 23 septembre, elle regroupera à Bourg-lès-Valence plus de 150 experts, et proposera 80 conférences, une centaine de démonstrations en plein champ et d’ateliers, sans compter les solutions mises en avant par les 375 exposants présents.

Le bio a le vent en poupe auprès des consommateurs. Auvergne-Rhône-Alpes, avec plus de 5300 exploitations en bio, est une des trois régions les plus importantes en France, avec une production phare dans la Drôme.

La Région, partenaire, soutien et exposant

Le salon Tech & Bio constitue un rendez-vous de référence internationale, soutenu par la Région, car il offre un lieu de rencontres unique entre professionnels, où ont partagées les techniques les plus innovantes. Il rassemble un public professionnel large et complémentaire : agriculteurs engagés en agriculture biologique ou conventionnelle, techniciens, experts, chercheurs, enseignants, étudiants…

Exposant et partenaire, la Région Auvergne-Rhône-Alpes soutient l’agriculture biologique : elle s’est engagée en faveur de son développement à hauteur de 10,8 millions d’euros. À travers son fonds de soutien, 51 entreprises ont été aidées, 110 dossiers de certification ont été traités, plus de 2000 aides directes aux frais de certification ont été attribuées et plus de 1200 projets d’Auvergne-Rhône-Alpes ont été accompagnés en investissement.

Rappelons que l’engagement régional en faveur de l'agriculture biologique se décline autour de quatre objectifs principaux :

  • renforcer la place d’Auvergne-Rhône-Alpes comme leader sur l’AB (agriculture biologique) ;
  • augmenter le nombre de producteurs bio pour répondre à un marché en forte croissance ;
  • renforcer la compétitivité des exploitations AB afin qu’elles soient viables, pérennes et performantes ;
  • sécuriser le niveau de revenus des agriculteurs AB.

© Guillaume Atger

Retour en haut de page