Gamebuino, pour faire du code un jeu d’enfant

Gamebuino, pour faire du code un jeu d’enfant

© Gamebuino

Première console de jeux portable entièrement fabriquée en Auvergne-Rhône-Alpes, la Gamebuino est utile bien au-delà de sa fonction ludique : elle constitue une solution pédagogique pour apprendre à coder en s’amusant.

À l’issue de son pitch lors de la soirée des Trophées des start-ups, le 11 juin 2018, le jeune fondateur de Gambuino Aurélien Rodot a eu l’heureuse surprise d’empocher le 1er prix de la catégorie EdTech, 4 ans après avoir conçu la 1re Gamebuino, qui était son projet d’étudiant. Il faut dire que la Gamebuino a plus d’un atout pour séduire un jury : cette console de jeux au design abouti est made in Auvergne-Rhône-Alpes, et propose de nombreux classiques (de type Snake, Tetris, Pac-Man…).

Mais surtout, ce qui la distingue particulièrement est d’être une porte d’entrée pour s’initier et apprendre à coder. À cette fin, Aurélien Rodot et son équipe animent, depuis Saint-Étienne, une plateforme pédagogique communautaire en ligne d’apprentissage du code. Également en ligne, les utilisateurs peuvent télécharger gratuitement une centaine de jeux, qui sont tous en open source, sachant que la Gamebuino est livrée avec une quinzaine de jeux au départ.

>> Apprendre la programmation avec Gamebuino, c’est facile ?
Aurélien Rodot :
Oui ! C’est en tout cas notre objectif : donner à chacun la possibilité de créer son 1er jeu en moins d’une heure, sans prérequis, de manière à ce que n’importe qui, adulte ou enfant, puisse s’initier au code. Aujourd’hui en France, nous n’avons qu’une minorité de développeurs. C’est à nos yeux un enjeu économique majeur que d’arriver à vulgariser la programmation. Pour nous, le jeu électronique n’est qu’un prétexte. L’idée, c’est donc d’offrir une solution pédagogique clé en main pour les enseignants. Et de par son aspect ludique, c’est un support plutôt motivant pour les élèves.

>> Vous venez de sortir la 2e version de la console de jeux. Le produit séduit-il ?
Nous l’espérons bien ! Nous avons soigné le design de la Gamebuino Meta, qui est la 2e version : elle a récemment obtenu une étoile de l’Observeur du design (prix remis par l’Agence pour la promotion de la création industrielle). Précisons que notre console est entièrement fabriquée, et pas seulement assemblée, en Auvergne-Rhône-Alpes, et le tout à base de matériaux recyclés jusqu’au carton d’emballage. Nous avons vendu environ 4000 exemplaires de la première console. Depuis Noël 2017, nous sommes déjà à plus de 1000 Gamebuino Meta livrées, et nous avons de bons retours de la part de nos clients. Globalement, environ 80 % des consoles sont exportées, en Europe, aux États-Unis, et au Japon principalement.

>> Qu’attendez-vous de cette belle victoire aux Trophées des start-ups ?
Le 1er point positif, c’est que nous avons déjà gagné en visibilité, en passant notamment sur BFM Business. Remporter ce Trophée des start-ups, c’est valorisant pour le travail que nous effectuons, et nous apporte une crédibilité supplémentaire. Et ce qui est très appréciable, à notre niveau, c’est l’opportunité de bénéficier d’un accompagnement fiscal, juridique et comptable : ce sont des choses qui coûtent cher, et que l’on a un peu tendance à pousser sous le tapis lorsque l’on crée une entreprise, alors que c’est très important. Concernant nos projets, nous souhaitons très prochainement améliorer encore notre plateforme pédagogique en ligne, de manière à travailler de plus en plus avec les écoles et ainsi promouvoir au maximum l’apprentissage du code par toutes et tous.

© Michel Pérès

Aller plus loin

www.gamebuino.com

Retour en haut de page