Côte d’Ivoire : un soutien aux secteurs agricole et agro-alimentaire

Côte d’Ivoire : un soutien aux secteurs agricole et agro-alimentaire

Suite aux inondations à Abidjan en 2018, les élus régionaux ont initié un nouvel accord de coopération avec la Région du Bélier en Côte d’Ivoire pour venir en aide aux autorités publiques. État des lieux, un an plus tard.

La Côte d’Ivoire est l’un des 11 pays prioritaires inscrits au Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation 2017 – 2021. L’accord signé en juillet 2018 porte sur le développement économique, la formation et les échanges d’expérience en matière de décentralisation. Il existe des enjeux économiques importants pour les deux partenaires. La Côte d’Ivoire est un pays jeune, situé à l’entrée de l’Union économique et monétaire ouest africaine, avec une croissance stabilisée à 7%. Le Conseil régional du Bélier porte notamment un ambitieux projet de pôle agroindustriel financé par la Banque africaine de développement.

Pour une meilleure gestion de la ressource en eau

L’alternance d’épisodes de sécheresse et de crues augmente avec le dérèglement climatique. Elle montre la nécessité de mieux gérer la ressource en eau à l’amont d’Abidjan, sur le bassin versant du Bélier. L’accord de coopération signé entre les deux Régions se concrétise aujourd’hui par la mise en œuvre d’un projet pilote de télémétrie qui va remplacer les relevés manuels, peu fiables et aléatoires. Il associe le groupe international Semeru et l’entreprise Paratronic, basée à Reyrieux dans l’Ain, ainsi que l’entreprise ivoirienne Siemi, sous l’égide de l’ONG lyonnaise Corail Développement. Plus d’un million d’habitants sont directement concernés par les aménagements futurs dans la région rurale du Bélier, les villes de Bouaké et de Yamoussouko. Ce projet pilote doit éclairer les arbitrages des autorités locales sur les investissements à faire (puits dans les villages, bassin pour la riziculture, etc.)

3 juin 2019 : retour de mission technique

Du 26 mai au 3 juin, une mission technique organisée sur place par les services de la Région a permis de faire un état des lieux sur l’avancement de ce projet financé à hauteur de 40 000€ en 2019. Lors de cette mission, les partenaires ont décidé de présenter leur candidature à l’appel à projets européen Archipelago. A la clé ? Une subvention européenne de 500 000 € sur deux ans et demi pour soutenir le déploiement du pôle agroindustriel Bélier, dans les domaines de la formation (ESA de Yamoussouko, ferme école de Raviart) et de la structuration des organisations professionnelles agricoles. Les filières agro-alimentaires représentent un enjeu économique réel, tant pour la Côte d’Ivoire que pour les équipementiers et les entreprises de conditionnement d’Auvergne – Rhône-Alpes. Avec cette candidature, la Région cherche à créer un effet de levier sur les actions qu’elle soutient déjà.

Salon de l’agriculture à Abidjan

Du 22 novembre au 1er décembre 2019 aura lieu le Salon international de l’agriculture et des ressources animales (SARA) de Côte d’Ivoire, à Abidjan. La Région Auvergne – Rhône-Alpes prévoit d’y participer avec une nombreuse délégation de partenaires publics et privés.

Renseignez-vous en écrivant à anne-sophie.douza@auvergnerhonealpes.fr

Aller plus loin

L’« attiéké » : c’est la semoule fabriquée à partir du manioc. Avec l’appui de l’ONG lyonnaise Nitidae, les deux collectivités soutiennent un projet de transformation du manioc en attiéké. Il associe l’entreprise ligérienne Clextral qui a déjà accompagné l’industrialisation du couscous en Afrique du Nord et dispose du savoir-faire adapté aux besoins de la filière ivoirienne. Objectif ? attirer un entrepreneur susceptible d’investir dans ce procédé.

Retour en haut de page