L’élaboration du Plan régional de prévention et de gestion des déchets se poursuit

L’élaboration du Plan régional de prévention et de gestion des déchets se poursuit

© Alexa Brunet

La Région a réuni la première commission consultative d’élaboration et de suivi de son plan le 19 juin. Lancé en janvier, les travaux se poursuivent au niveau local, tout au long du mois de juillet, avant un nouveau point d’étape fixé à l’automne.

Comment réduire la quantité de déchets jetés par les particuliers ou issus des activités économiques ? Et comment mieux les valoriser une fois collectés ?
La loi de transition énergétique pour la croissance verte, adoptée par la France en 2015, définit des objectifs ambitieux :

  • réduire de 10 % les déchets ménagers (2020) ;
  • réduire de 50 % les déchets admis en installations de stockage (2025) ;
  • porter à 65 % les tonnages orientés vers le recyclage ou la valorisation organique (2025) ;
  • recycler 70 % des déchets du BTP (2020).

La réalisation de ces objectifs suppose de profondes évolutions et la loi confie désormais aux Régions l’élaboration et le suivi du plan de prévention et gestion de tous les déchets, complété par l’intégration d’un plan économie circulaire.
En Auvergne-Rhône-Alpes, l’élaboration de ce plan a été lancée en janvier 2017 lors d’une réunion avec l’ensemble des acteurs concernés, sous la houlette du vice-président délégué à l’environnement au développement durable, à l’énergie et aux Parcs Naturels Régionaux, Eric Fournier.
« La Région sera particulièrement attentive à ce que le plan prévoit des installations adaptées aux spécificités des territoires et s’assurera d’en faire un levier pour favoriser un service de qualité aux usagers et créer de la richesse et de l’emploi local. Il s’agit également de bâtir un plan pragmatique, qui tienne compte de l’aspect économique de la gestion des déchets, tant en termes de coûts que de bénéfices attendus » explique le vice-président.

Ce plan s’appuiera sur les atouts du territoire régional et le dynamisme de ses acteurs :

  • de nombreuses intercommunalités, syndicats de collecte et de traitement, mais aussi les acteurs économiques et les opérateurs de la gestion des déchets, ont commencé à engager, à leur niveau, une transition vers un nouveau mode de gestion des déchets, transformant une charge économique et environnementale en nouvelle ressource au profit des territoires (projets de méthanisation, adaptation de la commande publique responsable…) ;
  • un réseau d’entreprises dynamiques et innovantes, qui ont bien compris les nouvelles opportunités liées à la transition vers l’économie circulaire. Dépasser les logiques individuelles pour optimiser la consommation des ressources, mutualiser les emplois, faciliter le recyclage, innover en matière de produits et de procédés…
  • Plus de 30 territoires sont identifiés en démarche labellisée "Écologie industrielle et territoire". En 2016, plus de 150 entreprises ont participé au Programme national de symbiose industrielle.

Sur le terrain, les travaux préparatoires se poursuivent pour dresser un état des lieux très précis afin de dégager une stratégie globale à l'échelle régionale et adapter des solutions pragmatiques, le 29 juin, dans l’Allier et le Puy-de-Dôme, le 30 juin dans le Cantal et la Haute-Loire, le 4 juillet en Sud Isère, le 6 juillet en Drôme/Ardèche, et le 10 juillet pour les territoires de la Loire, de l’Ain, du Rhône, de la Métropole de Lyon et du Nord Isère.
Une prochaine réunion de la commission devrait se tenir à l’automne 2017

Qui participe à la commission consultative d’élaboration du plan ?
Elle comprend 179 membres répartis au sein de 8 collèges (collectivités planificatrices, État et organismes publics, collectivités en charge de la collecte et du traitement des déchets, les chambres consulaires et le CESER, les producteurs de déchets et organisations professionnelles, les opérateurs des déchets et organisations professionnelles, les éco organismes agréés, les associations agréées environnement et autres associations).