La Région Auvergne-Rhône-Alpes s’engage contre l’antisémitisme

La Région Auvergne-Rhône-Alpes s’engage contre l’antisémitisme

© Michel Pérès

Réunis les 28 et 29 mars, les élus de la Région Auvergne-Rhône-Alpes se sont engagés contre l’antisémitisme et ont adopté un plan d’aide renforcé pour la sécurisation des déplacements sportifs et culturels des élèves des lycées.

La recrudescence des actes antisémites en France s’est traduite en chiffres, entre 2017 et 2018, par une hausse de 74 % (soit plus de 540 actes). L’actualité régionale a également été marquée par la dégradation du jardin du souvenir de Champagne-au-Mont-d’Or et, plus récemment encore, par la découverte de croix gammées et de tags d’insultes à caractère antisémite à Roanne, visant la conseillère régionale et municipale Sophie Rotkopf (LR).

C’est donc dans un contexte particulièrement pesant et dans une ambiance empreinte de gravité que le rapport relatif à l’engagement de la Région contre l’antisémitisme a été présenté au cours de l’assemblée plénière. Au cours des interventions des élus des groupes politiques, l’élue Sophie Rotkopf elle-même a témoigné du sentiment que lui ont procuré ces attaques nominatives.

Rappeler à chacun son devoir de mémoire

Florence Verney-Carron, vice-présidente de la Région déléguée à la culture et au patrimoine, a précisé : « Ce rapport qui nous est proposé est notre engagement contre l’antisémitisme. La région Auvergne-Rhône-Alpes a été directement confrontée à des actes d’antisémitisme. Parce qu’il nous a semblé inconcevable de ne pas réagir face à la montée de l’antisémitisme, notre Région Auvergne-Rhône-Alpes a choisi de se mobiliser pour rappeler ou éveiller chacun à son devoir de mémoire et contribuer à l’éducation des plus jeunes par la citoyenneté et le sport. Elle entend aussi apporter des réponses concrètes, dans le cadre de sa compétence éducation, qui garantissent la sécurité des 5 lycées juifs qui accueillent près de 600 lycéens. »

Un plan d’aide à la sécurisation des déplacements des élèves des lycées a ainsi été adopté. Grâce à une enveloppe dédiée de 60000 €, l’effort de la Région est destiné à « assurer un transport sécurisé des élèves mais aussi du personnel encadrant, pour l’acheminement des élèves vers des gymnases, piscines, plateaux sportifs et équipements culturels situés dans leur environnement immédiat ».

Les dispositifs déjà soutenus par la Région ont également été rappelés à cette occasion : soutien aux lieux emblématiques et au devoir de mémoire auprès des lycéens (prix Mémoire et Transmission, prix départementaux de la Résistance et de la Déportation, soutien aux voyages mémoriels) ; soutien à des structures associatives et sportives mettant en place des actions de lutte contre le racisme et l’antisémitisme ; et sécurisation de lycées (300000 € pour 5 lycées juifs, depuis 2016).

« Je ne veux pas que l’on reste silencieux »

Avant l’examen des amendements, le président de la Région Laurent Wauquiez s’est également exprimé sur cette question, évoquant la nécessité pour la Région de mobiliser tous ses outils afin de lutter contre « la profondeur sourde d’un antisémitisme ordinaire. Il y a les attentats, il y a les morts, mais il y a aussi l’antisémitisme au quotidien. On ne peut certainement pas faire des miracles à notre échelle, mais je ne veux pas que l’on reste silencieux. »

Aller plus loin

Les lieux de mémoire soutenus

La Région apporte un soutien annuel à plusieurs lieux de mémoire d’Auvergne-Rhône-Alpes :

  • Maison d’Izieu, Mémorial des Enfants juifs exterminés : 240000 €
  • Mémorial de la Résistance en Vercors : 90000 €
  • Lieu de Mémoire du Chambon-sur-Lignon : 20000 €
  • Histoire et Mémoire de Dieulefit : 5000 €
  • Musée du Mont-Mouchet, haut lieu de Résistance : propriété du Conseil régional.

En complément de ces aides annuelles, 1,26 million d’euros ont aussi été accordés à ces structures, depuis 2016, pour leur permettre de faire des investissements.

Vous serez aussi intéressés par

Retour en haut de page