La Région veut expérimenter des pouvoirs de sécurité ferroviaire

La Région veut expérimenter des pouvoirs de sécurité ferroviaire

Avec 135 millions investis pour sécuriser les lycées et les transports TER depuis 2016, la Région manifeste sa volonté de poursuivre ses efforts et revendique une délégation des pouvoirs de police pour décupler son efficacité.

« Le déploiement de notre bouclier de sécurité représente 135 millions d’euros sur 3 ans et nous place en tête des régions françaises pour les investissements de sécurité. » explique Philippe Meunier le vice-président à la sécurité.

Dans les lycées, 530 établissements, publics ou privés, bénéficient d’un dispositif de sécurité. Un lycée sur deux est équipé d’un contrôle d’accès, plus de la moitié dispose de vidéo surveillance. La Région leur a consacré 90 M€ depuis 2016 et désormais tous les travaux de construction ou de rénovation comportent un volet de sécurité.

Dans les transports, la Région a doublé le nombre des agents de police ferroviaire, passant de 80 à 160 agents. 34 patrouilles se déploient ainsi de 16h00 à minuit, dans les gares et désormais à bords des trains pour un coût de 11 M€ par an. La Région poursuit par ailleurs le déploiement de caméras de vidéo surveillance dans les trains, dans et aux abords des gares.
Elle avait également instauré la gratuité d’accès aux TER aux policiers et gendarmes. Le président Laurent Wauquiez a annoncé, lundi 17 septembre, que cette gratuité serait accordée aux agents de la police municipale.

Par ailleurs la Région épaule les communes dans leurs efforts de sécurisation des espaces publics. Plus de 100 communes bénéficient de l’installation de plus 1500 caméras, pour un budget total de 5M€. La Région souhaite aussi que la vidéo protection aux abords des lycées puisse à terme, être reliée au centre de supervision des communes. Une convention est en cours avec la ville d’Aix-les-Bains.

Afin de poursuivre cet effort, sans précédent à l’échelle d’une Région, Laurent Wauquiez va initier un projet de loi pour obtenir une expérimentation de délégation du pouvoir ferroviaire à la Région, à l’instar des pouvoirs de police conférés aux maires. Il doit aussi inaugurer en octobre le centre régional de sécurité afin de superviser en temps réel l’ensemble des caméras dans les trains et gares, ce qui devrait faciliter les moyens d’intervention des forces de l’ordre.

© Guillaume Atger

 

Retour en haut de page