Politique agricole, une priorité majeure pour Auvergne-Rhône-Alpes

Politique agricole, une priorité majeure pour Auvergne-Rhône-Alpes

En 2017, la Région a voté le plus fort budget agricole de son histoire, qui s’élève à 51,8 millions d’euros. Avec l’Union européenne, elle reste notamment le principal financeur des aides aux bâtiments d’élevage, et s’est fixé des objectifs prioritaires afin de soutenir et d’accompagner les exploitants agricoles qui font vivre ses territoires.

Leader national pour les signes officiels de qualité, Auvergne-Rhône-Alpes a su conserver, au fil des décennies, une forte implantation agricole malgré sa forte urbanisation. Le président de la Région Laurent Wauquiez a fait du soutien à l’agriculture l’une de ses priorités : « La Région ne peut pas faire de miracle mais nous nous sommes engagés dans une défense totale des agriculteurs. » Le soutien régional au secteur agricole s’ordonnance autour de priorités fortes :

  • Le plus fort budget pour l’agriculture dans l’histoire de la Région : En augmentation de 42 % de 2015 à 2017, le budget primitif dédié à l’agriculture s’élève, cette année, à 51,8 M€. Sur l’année écoulée (2016), 1500 aides supplémentaires ont été apportées par rapport à 2015.
  • Priorité aux aides directes aux agriculteurs et à la simplification : La simplification des dossiers et des critères de sélection est une préoccupation constante pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Tout en faisant des économies sur le fonctionnement, la Région fait par ailleurs le choix « d’investir pour les projets concrets, et notamment de doubler les aides à l’investissement aux agriculteurs ». Un simulateur d’aides en ligne, a été mis en place afin de faciliter l’élaboration des plans de financement par les agriculteurs.
  • Une nouvelle politique pour l’installation des jeunes agriculteurs et la transmission des exploitations agricoles : Le non-renouvellement étant « un défi considérable pour l’agriculture régionale », la Région a refondé son soutien à l’installation et à la transmission. Les bénéficiaires perçoivent désormais une aide globale, et peuvent cibler eux-mêmes les prestations prioritaires pour eux. Dans le même esprit, elle plaide aussi pour la simplification et renforcement de la Dotation jeune agriculteur (qui est un dispositif de l’Europe).
  • Lutte contre les retards de paiement : En février 2017, la Région a mis en place un système d’avances remboursables de manière à compenser les retards de paiement des aides européennes LEADER aux Groupements d’action locale. De même au niveau national, la Région a obtenu du gouvernement l’autorisation de pouvoir développer dans l’urgence son propre outil de gestion pour pallier les retards nationaux.
  • Réorientation de la politique environnementale et lutte contre la prolifération des prédateurs : Auvergne-Rhône-Alpes étant l’une des régions les plus touchées par les attaques de loups (multipliées par 5 en 10 ans), la Région entend « sensibiliser le grand public à ce problème majeur, améliorer le dénombrement des populations et renforcer l’efficacité des prélèvements, toujours dans un cadre légal ». Enfin, elle a décidé de s’engager, à terme, dans une procédure de déclassement du loup auprès de l’Union européenne.
  • Ouvrir de nouveaux débouchés aux agriculteurs : En lançant La Région du Goût, une marque régional incitant chacun et chacune à consommer local, et qui a d’ores et déjà identifié et labellisé plus de 600 produits, la Région entend contribuer à ouvrir de nouveaux marchés et augmenter les débouchés des producteurs. De la même manière, « La Région dans mon assiette », plan lancé au niveau des cantines scolaires, vise à augmenter la part des produits locaux dans les assiettes des lycéens d’Auvergne-Rhône-Alpes jusqu’à 60 %.