Un plan régional pour la sobriété énergétique des lycées

Nom
Ain

Nom
Allier

Nom
Ardèche

Nom
Cantal

Nom
Drôme

Nom
Haute-Loire

Nom
Haute-Savoie

Nom
Isère

Nom
Loire

Nom
Métropole de Lyon

Nom
Puy-de-Dôme

Nom
Rhône

Nom
Savoie

Le 02/12/2022
Auvergne-Rhône-Alpes

Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a présenté un nouveau plan pour réduire la consommation d’énergie et les émissions de CO2 dans les lycées régionaux.

Lancement du Plan régional de sobriété énergétique dans les lycées

© Charles Pietri

Un plan pour limiter la facture énergétique

Alors que la rentrée 2022-2023 s’inscrit dans un contexte de crise énergétique inédite, le président a présenté le Plan régional de sobriété énergétique pour les lycées de la région. Doté de 80 millions d’euros (60 millions pour les lycées publics et 20 millions pour les lycées privés), ce plan permettra de réduire de 30% la consommation énergétique et les émissions de CO2 de tous les lycées de la région, avant 2024. Ce plan a été annoncé en présence de : 

  • Nicolas Daragon, vice-président de la Région délégué aux finances, à l’administration générale, aux ressources humaines et aux fonds européens
  • Florence Dubessy, vice-présidente déléguée aux lycées
  • Thierry Kovacs, vice-président délégué à l’environnement et à l’écologie positive.

La hausse des tarifs énergétiques oblige toutes les structures, y compris les établissements scolaires, à s’adapter. Sans mesure d’urgence, la facture énergétique globale des lycées pourrait doubler en 2022 et atteindre 140 millions d’euros en 2023, contre 45 millions d’euros en 2021. Le plan comporte deux phases : 

Déjà 12 % de consommation en moins, sur 2 mois

Un premier bilan de ce plan de sobriété énergétique a été présenté le 1er décembre par le président de la Région Laurent Wauquiez au lycée Lacassagne (Lyon). En 2 mois, ce plan a déjà permis de diminuer de 12 % la consommation énergétique moyenne des lycées d’Auvergne-Rhône-Alpes. Cela représente une économie de près de 400 000 euros sur l’ensemble des factures énergétiques des établissements de la région.

Laurent Wauquiez a précisé à cette occasion : « Nous avons mis en place des mesures de bon sens, mais aussi en investissant pour améliorer la performance énergétique de nos établissements. Et aujourd’hui, nous obtenons de premiers résultats : 12 % de baisse de la consommation. Nous allons poursuivre notre effort car c’est un vrai message d’espoir. Oui, c’est possible de réduire notre consommation énergétique et défendre l’environnement sans tomber dans le sectarisme de certains. »

Phase 1, à mettre en œuvre avant le 31 décembre - mesures d’urgence et de bon sens

  • Respect des consignes de températures dans les établissements (19 degrés dans les salles de classe) : 10% d’économies de consommation et 8 millions d’euros d’économisés dès 2023
  • Limitation de l’usage de l’eau chaude pour le nettoyage : 10% d’économies de consommation
  • Déploiement d’1 million d’ampoules LED, plus performantes pour atteindre le 100% LED dans les établissements scolaires : 10 à 15% d’économies de consommation
  • Généralisation des contrats intégrant une garantie de performance énergétique : 15 à 20% d’économies de consommation
  • Expérimentation dans quelques établissements pilotes, avec l’entreprise Schneider, pour déployer des logiciels intelligents permettant de mesurer, optimiser et réduire la consommation énergétique

Phase 2, à partir du début de l’année 2023 

  • Lancement de travaux de rénovation importants dans les lycées les plus énergivores
  • Installation de panneaux photovoltaïques (des ombrières solaires sur les parkings des lycées et des panneaux sur les préaux, les toitures, …) jusqu’à atteindre environ 50% d’énergies renouvelables dans la consommation énergétique des lycées d’ici 2025 : 15% d’économies de consommation 
  • Poursuite du raccordement des lycées à des réseaux de chaleur : 10% d’économies de consommation

Nous sommes face à une crise sans précédent. Si on ne fait rien, la facture énergétique de nos lycées va tripler d’ici à 2023. Nous allons donc mettre en place des mesures, très rapidement, pour réduire la consommation de nos lycées et donc la facture à la fin de l’année. Mais nous devons aussi faire de cette crise une opportunité, celle d’accélérer la transition énergétique de nos établissements. Cette transition, nous l’avions déjà bien entamée grâce à nos investissements depuis 2016, qui nous permettent aujourd’hui d’avoir les lycées parmi les plus performants de France. Nous allons poursuivre cet engagement : c’est bon pour l’environnement et pour le portefeuille du contribuable. »

Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

La Région engagée dans la transition énergétique des lycées

De nombreuses mesures ont déjà été prises en faveur de la transition énergétique depuis 2016 :

  • Les lycées auvergnats-rhônalpins consomment environ 20 % de moins que la moyenne nationale (moyenne nationale : 135 KWh/h ; moyenne régionale : 107 KWh/h),
  • 70% des établissements scolaires régionaux sont jugés « très performants » d’un point de vue énergétique (contre moins de 60% en 2016),
  • 150 000 m² de toitures de lycées ont été équipées de panneaux photovoltaïques,
  • Les nouveaux établissements construits par la Région répondent à ces problématiques, à l’instar du lycée Charles-Mérieux à Lyon et du lycée Gergovie à Clermont-Ferrand, qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme.

La Région adapte la consommation énergétique de ses bâtiments

À l’instar des lycées, la Région Auvergne-Rhône-Alpes va adapter le fonctionnement de ses propres bâtiments pour réduire sa consommation et sa facture énergétiques. Les réunions et manifestations seront organisées en journée, pour bénéficier de la lumière naturelle et réduire l’amplitude du chauffage, dont la température sera réduite à 19 degrés. Certains matériels individuels, comme les chauffages et climatiseurs d’appoint, seront temporairement interdits. Quant aux éclairages, ils seront remplacés par des LED les moins énergivores et réduits sur certains espaces ciblés. Enfin, d'autres bonnes pratiques seront adoptées, comme l’extinction des matériels informatiques, notamment la nuit, mais également la fermeture de certains équipements électriques les jours de faible affluence. 

Des réflexions sont en cours pour réduire la consommation énergétique des bâtiments de la région, à plus long terme : 

  • Automatisation de la régulation de la ventilation
  • Récupération des eaux internes
  • Dotation en équipements les moins énergivores
  • Développement des énergies renouvelables en utilisant des panneaux photovoltaïques (déjà présents sur 2600 m² des toits des Hôtels de Région)