• Les inscriptions au transport scolaire pour l’année 2022-2023 sont ouvertes. Rendez-vous sur le site La Région vous transporte.

Les élus adoptent un plan d’urgence régionale contre la grêle

Publié le
Le 05/07/2022
Auvergne-Rhône-Alpes
Chapô

Après les violents orages de grêle, la Région débloque 20 M€ pour limiter les dommages et aider à la reconstruction des équipements et bâtiments sinistrés.

Contenu
Infographie plan d'urgence grêle

Texte

Les 3 et 5 juin derniers, de violents orages de grêle ont touché l’Allier et le Puy-de-Dôme ainsi que la Haute-Savoie et la Savoie.
Les dégâts provoqués par ces intempéries sont colossaux : fermeture temporaire de dizaines d’écoles, inondations, toitures endommagées, exploitations agricoles dévastées, cultures détruites.

Face à telle situation, Laurent Wauquiez a pris la décision, en lien avec les élus locaux sur le terrain et notamment Frédéric Aguilera, Vice-président de la Région et maire de Vichy, de déployer des aides régionales d’urgence afin de limiter les dommages et d’aider à la reconstruction des équipements et bâtiments sinistrés.
Dans un premier temps, la Région a immédiatement débloqué 40 000 euros pour fournir 400 bobines de bâches permettant de couvrir 120 000 m2 de toitures abîmées ou détruites. Cela été rendu possible par la mobilisation des entreprises régionales, telles que le Groupe Barbier en Haute-Loire, qui ont assuré la fourniture du matériel en urgence.

Le Plan d’urgence de la Région, adopté en assemblée plénière le 29 juin, cible 5 axes principaux permettant d’agir efficacement au plus près des besoins des personnes et structures touchées par la grêle.

I – Assurer les interventions d’urgence grâce à nos artisans et apprentis locaux


Afin d’assurer l’installation des bâches, la Région a fait appel à la mobilisation de l’ensemble des habitants disposant des savoir-faire requis pour de telles opérations : couvreurs, apprentis couvreurs, Compagnons du Devoir et du Tour de France.
Trois mesures incitatives pour les volontaires aidant des entreprises de couverture localisées près des sites concernés et ce, jusqu’à leur sécurisation :
❖ Une mise en relation des volontaires avec des entreprises qui seront sur ces chantiers d’urgence pour signature de contrats courts et vacations ;
❖ Une prise en charge à 100% des frais de déplacement (transports, hébergement, restauration) limite de 200€/j ;
❖ Une prime de 100€ par jour de mobilisation pour chaque volontaire.
Dès les premiers jours qui ont suivi les orages de grêle, des premiers renforts ont été apportés avec la mobilisation de 35 apprentis couvreurs du CFA BTP de Bellerive-sur-Allier, qui se verront attribuer la prime de 100€.

II – Aides économiques aux entreprises

Déjà impactées par la crise sanitaire et la guerre en Ukraine, les entreprises touchées par la grêle sont aujourd’hui confrontées à un ralentissement voire à un arrêt de leur activité du fait de ces intempéries.
En complément de l’intervention des compagnies d’assurance, la Région a décidé d’accompagner les entreprises des territoires les plus sinistrées : Vichy et ses alentours dans l’Allier ; Les Combrailles dans le Puy-de-Dôme.
Ainsi, la Région interviendra à hauteur de 50% du reste à charge après indemnisation par les assurances pour un montant maximum de 10 000 euros.
L’aide régionale cible les plus petites entreprises, moins de 50 salariés, et concerne :
❖ L’acquisition de matériels et équipements professionnels ;
❖ La reconstitution du stock ;
❖ Certains investissements immobiliers (dans la limite du cadre légal).
Les dépenses exclues du dispositif sont les suivantes :
❖ En principe, les véhicules (sauf pour les taxis et ambulanciers) ;
❖ Les investissement acquis en crédit-bail, location, leasing ;
❖ L’acquisition de nouveaux équipements ou la réalisation de travaux non liés aux dommages causés.

III – Aides aux agriculteurs

Pour soutenir les exploitations agricoles durement impactées par ces intempéries, la Région a souhaité se doter d’un cadre d’intervention pour agir en urgence auprès des filières victimes d’aléas par la création d’un fonds d’urgence agricole intempéries.
Ce fonds est destiné à intervenir sur des situations d’urgence, selon des modalités propres à chaque aléa, engendrant :
❖ Des dégâts matériels sur les bâtiments et équipements des exploitations agricoles, sur la base d’une attestation de sinistre fournie par la compagnie d’assurance.
❖ Des pertes de production, sur la base d’une attestation de sinistre fournie par la compagnie d’assurance ou sur une expertise conduite par les services de l’État. Et sur les pertes de chiffre d’affaires, qui devront être démontrées par des justificatifs comptables.
❖ Des pertes de fonds en filières végétales et les pertes de récolte, l’intervention de la Région sera consécutive à l’évaluation des dégâts réalisées par les Commissions départementales d’Enquêtes au titre des calamités agricoles.
Le soutien de la Région tiendra compte de l’indemnisation des compagnies d’assurance et ne devra excéder le reste à charge. Par ailleurs, elle assurera le rôle de guichet unique pour les autres collectivités souhaitant adosser leur intervention à l’aide régionale.

IV – Aides petites communes sinistrées

La grêle a causé des dommages importants sur le patrimoine des communes en détériorant de nombreux bâtiments publics : écoles, mairies, salles polyvalentes ou enceintes sportives, ont vu leurs toitures endommagées ou détruites.
Si les communes sont assurées, les plus petites d’entre elles, notamment en zones rurales, courent le risque d’être confrontées à un reste à charge trop important au vu de leurs capacités financières.
Pour faire face à cette situation, la Région apportera à ces communes un soutien en réservant au sein du Contrat Région Investissement les montants nécessaires. Cette aide sera calculée sur les restes à charge après éventuelles interventions des assurances.

V – Soutien aux équipements sportifs

Les intempéries ont durement touché les bâtiments du CREPS de Vichy, situés à Bellerive-sur-Allier, qui sont la propriété de la Région : la quasi-totalité des éclairages zénithaux a été endommagée et le gymnase Michelet a été fortement abîmé au niveau de la toiture terrasse.
Pour permettre la rénovation de ces installations, bénéficiant aux athlètes de haut-niveau en formation au CREPS mais aussi à des clubs locaux, la Région va débloquer une enveloppe de 500 000 euros.