Aménagement du territoire, ruralité et solidarité avec les territoires auvergnats

Aménagement du territoire, ruralité et solidarité avec les territoires auvergnats

Deuxième plus grande région de France, 20e région d’Europe, Auvergne-Rhône-Alpes est aussi vaste que l’Irlande et presque aussi peuplée que la Suisse. Elle est également marquée par une grande diversité de territoires, avec tout à la fois des zones de massifs montagneux, des territoires ruraux mais aussi de grandes agglomérations métropolitaines, et des parcs naturels préservés aux côtés de territoires de grande tradition industrielle. L’union des deux anciennes régions Auvergne et Rhône-Alpes nécessite, en outre, qu’une attention particulière soit portée à l’équilibre des territoires : des territoires plus reculés face aux grandes agglomérations.

« Notre premier souhait en matière d’aménagement du territoire a été de donner la priorité à l’investissement, notamment pour accompagner les petites communes. »

Brice Hortefeux, vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes délégué à l’aménagement du territoire et à la solidarité avec les territoires auvergnats.

>> Des enjeux multiples

L’aménagement du territoire, à cette échelle, revêt d’autant plus d’importance que les enjeux auxquels il doit répondre sont multiples, et souvent très variable d’un bassin de vie à l’autre. La Région, en tant que collectivité chef de file de l’aménagement du territoire, s’est ainsi donné comme priorité d’accompagner leur développement et de soutenir tous les territoires qui la composent et qui font sa richesse. Pour cela, elle a notamment entrepris de rendre ses aides plus accessibles en simplifiant les procédures pour les porteurs de projets.

La Région œuvre par ailleurs, au travers d’autres compétences, à cette mission de manière transversale, considérant qu’aménager le territoire n’est pas une compétence cloisonnée mais partagée. C’est aussi : soutenir les exploitants agricoles, déployer le Très Haut Débit pour tous, désenclaver les territoires ruraux par les transports, y compris routiers, investir dans les lycées qui maillent les 12 départements, assurer l’accès aux soins pour lutter contre les déserts médicaux, ou encore soutenir les atouts touristiques d’un village. De même, c’est dans une optique d’aménagement équilibré du territoire que la Région s’est engagée à couvrir 32 « zones blanches », de manière à améliorer le réseau de téléphonie mobile d’Auvergne-Rhône-Alpes

 

>> Ambition Territoires 2030 : le SRADDET, un outil transversal

À l’heure d’élaborer son futur Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET), l’enjeu pour la collectivité régionale est d’affiner sa stratégie à partir des remontées de terrain. Ce schéma stratégique sera transversal, recouvrant non seulement les questions d’aménagement du territoire mais aussi de mobilité, d’infrastructures de transports, d’environnement et de gestion des déchets.

Intégrateur, le SRADDET en cours de préparation vise à fusionner plusieurs schémas déjà existants et créer de nouveaux schémas (plan régional de gestion des déchets, plan régional intermodalité et plan transport). L’objectif poursuivi, grâce à la démarche Ambition Territoires 2030, est de fixer pour Auvergne-Rhône-Alpes des axes d’aménagement territorial pour les grands bassins de vie en cohérence les uns avec les autres, de « définir une vision unifiée du territoire à l’horizon 2030 »

Prescriptif, le SRADDET s’imposera aux autres documents stratégiques comme les SCOT, PLU, PLUi, chartes des Parcs… Cela signifie que ces documents d’urbanisme devront prendre en compte les objectifs du schéma régional et être compatibles avec toutes les règles

Visuel SRADDET

 

>> Des dispositifs adaptés aux besoins de chaque territoire

Plusieurs dispositifs permettent à la Région de répondre à l’exigence d’accompagner tous les territoires, quelle que soit leur taille. Tout d’abord, le volet territorial du Contrat de plan État-Région (CPER) prévoit l’accompagnement des 4 grandes métropoles d’Auvergne-Rhône-Alpes : Lyon, Grenoble, Saint-Étienne et Clermont-Ferrand.

Ensuite, les Contrats Ambition Région sont destinés à favoriser l’accompagnement des projets portés par les Communautés de communes, « de manière souple et directe ». Ils sont complétés par un « bonus ruralité », pour les communes de moins de 2 000 habitants, et par un « bonus bourgs-centres », pour les communes de 2 000 à 20 000 habitants. Ces bonus constituent le premier dispositif régional dédié aux petites communes (60 millions d’euros prévus sur 3 ans).

Enfin, rappelons que la Région est désormais autorité de gestion des Fonds européens (FEDER, FSE, LEADER, ALCOTRA…). Ces derniers constituent également de précieux outils d’accompagnement et d’aménagement des territoires, à l’échelle internationale.