Les prémices d’un plan d’urgence pour nos montagnes

Les prémices d’un plan d’urgence pour nos montagnes

Ce lundi s’est tenue une réunion de crise avec le Premier Ministre pour mettre en place un plan d’urgence pour la totalité des acteurs de la montagne.

L’annonce du gouvernement concernant le prolongement de la non-réouverture des remontées mécaniques dans les stations françaises a donné lieu à une discussion, initiée par la Région, avec la totalité des acteurs économiques de la montagne. L’objectif : obtenir l’éventail le plus précis des difficultés rencontrées et proposer des mesures adéquates.

La montagne : plus de 150 000 emplois sur 5 départements

Ce lundi 1er février, les principaux acteurs de la montagne ont eu l’occasion de présenter les problèmes rencontrés lors d’une réunion de crise avec le Premier Ministre et le président de la Région, qui s’est fait le porte-parole de tous les professionnels impactés sur le territoire d’Auvergne-Rhône-Alpes. Une conférence de crise a été organisée pour entendre leurs témoignages jeudi dernier au siège de la Région à Lyon, et des rendez-vous ce week-end ont permis de les rencontrer sur le terrain. Si la montagne est au cœur des discussions, ses acteurs ont plus que besoin de disposer d’un calendrier de mise en œuvre des mesures d’urgence et d’un état précis des dispositifs envisagés. La montagne en Auvergne-Rhône-Alpes représente 60% du territoire, concerne 6 départements et touche 150000 emplois.

Des mesures d’urgence attendues

De multiples demandes sont ressorties des échanges. Parmi les mesures d’urgence, fondées directement sur les besoins exprimés par les acteurs consultés, citons notamment : le calcul des aides pour les saisonniers (42 heures contre 35 actuellement), l’accès au fonds de solidarité pour les entrepreneurs ayant créé une société l’an passé, la création d’un plan d’accompagnement à destination des professionnels de santé des stations, et surtout le prolongement des aides jusqu’en décembre prochain.

D’ici une dizaine de jours devrait se tenir une nouvelle réunion proposant une méthode de travail en commun dans le but de dégager un plan de relance pour la totalité des acteurs de la montagne. En parallèle, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes souhaite la création d’un comité de pilotage de crise par massif pour territorialiser les décisions et les adapter aux réalités du territoire et des professionnels de la montagne.

Quelles mesures pour faire face à la crise ?

Au cours de la rencontre avec le Premier Ministre, il a été demandé :

  • que les aides pour les saisonniers soient calculées sur une base de 42 heures (contre 35 actuellement) afin qu’elles concordent avec la réalité de leurs contrats ;
  • que le fonds de solidarité se base sur les charges fixes, et non sur le chiffre d’affaires des entreprises ;
  • que les entrepreneurs ayant repris ou créé une société l’an passé puissent accéder au fonds de solidarité, ce qui n’est pas le cas actuellement ;
  • Les communes de montagne plaident, pour leur part, pour un report ou une annulation du FPIC (Fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales) et pour un accompagnement de l’État afin de compenser leurs pertes de recettes fiscales ;
  • Les professionnels de santé des stations ont globalement été oubliés, alors que la fermeture des remontées mécaniques les touche directement et entraîne une forte baisse de leur activité. Il est indispensable de préciser le plan d’accompagnement qui pourra être mis en œuvre ;
  • que des dispositifs soient envisagés pour le mouvement sportif : fédération française de ski, comité régional, skis clubs...
  • Les propriétaires de meublés non-professionnels, et les résidences de tourisme ne disposent d’aucune aide du gouvernement. L’accompagnement des centres de vacances a été trop parcellaire.
  • Le prolongement des aides jusqu’en décembre prochain est enfin une demande forte. Des compensations ne remplacent pas le chiffre d’affaires, qui a été impacté non seulement sur la saison 2020-2021, mais dès la saison 2019-2020 pour de nombreux acteurs de la montagne.
Retour en haut de page