Un bus à haut niveau de service pour desservir Trévoux-Sathonay-Lyon

Un bus à haut niveau de service pour desservir Trévoux-Sathonay-Lyon

Michel Pérès

La rive gauche du Val de Saône étant complétement saturée aux heures de pointes, les élus régionaux adoptent le projet d’une ligne de bus à haut niveau de services, pour répondre aux difficultés de transport entre Trévoux et Lyon.

Lors de la dernière assemblée plénière de mars, les élus régionaux ont voté le financement des études de programmation en vue de proposer une alternative efficace à la voiture grâce à une nouvelle offre de transport entre Trévoux et Lyon qui serait achevée à l’horizon 2024.
Objectif : améliorer les déplacements dans ce bassin de vie de près de 153 000 habitants, confronté à une congestion routière de plus en plus importante.

Ce projet prévoit la transformation de l’ancienne voie ferrée entre Trévoux et Sathonay en une voie dédiée aux bus, et dans la mesure du possible aux vélos.
Ces bus, qui rouleraient grâce à une source d'énergie "propre", moins polluante pour l'air que le diesel, comme l'électrique ou l'hydrogène, emprunteraient ensuite les aménagements de transport en commun en site propre existants entre Sathonay et la gare de Lyon Part-Dieu.

Plusieurs types de dessertes sont envisagées, mais le temps de parcours serait d’environ 50 minutes selon le nombre d’arrêts retenus, et d’une fréquence au quart d’heure, pour un potentiel de 4 600 utilisateurs par jour. « C’est un temps de parcours déjà attractif par rapport à la voiture, quand on sait que le trajet en heure de pointe est plutôt de l’ordre de 1h20-1h30, et qui le sera de plus en plus compte tenu des conditions de circulation contraintes dans Lyon et les difficultés à se garer » a précisé Martine Guibert, la vice-présidente en charge des transports.

Les nouvelles études, financées par la Région, la Métropole de Lyon, la Communauté de Communes Dombes Saône Vallée et du Département de l’Ain, devront préciser les conditions de réalisation et les éventuels ajustements nécessaires pour un programme, aux coûts maitrisés (entre 90 et 100 M€), et qui prennent en compte les contraintes du site et des infrastructures existantes.

Retour en haut de page