Louana Kondo et ses amies, récompensées pour leur action héroïque

Louana Kondo et ses amies, récompensées pour leur action héroïque

© Charles Piétri
Louana Kondo (première en partant de la gauche ) , Nesrine Barka, Elise Gaucher, Théa Schillaci.

Louana Kondo et ses amies, récompensées pour leur action héroïque

Créé par la Région en 2019, le prix Marin récompense chaque année les habitants qui se sont distingués par l’accomplissement d’un acte courageux sur le territoire français. Plusieurs jeunes ont été mis à l'honneur lors de la soirée de remise du prix jeudi 14 novembre.



Le 18 décembre 2018, Louana rentre de son entraînement de foot avec quatre amies, Nesrine Barka, Elise Gaucher, Théa Schillaci et Maïssane Kenzari, en début de soirée. Elle croise alors une femme en tenue de nuit qui court dans la rue, poursuivie par un homme. Pendant une demi-heure, elle va s’interposer entre eux. Puis, lorsque l’homme parle de faire du mal à l’enfant de cette femme, âgé de18 mois, la jeune Louana le poursuit avec deux de ses amies et ramène l’enfant à sa mère.

Courage et exemplarité

L’acte de courage de cette jeune fille de 18 ans, d’abord salué par son établissement scolaire, le lycée Argouges de Grenoble, est aujourd’hui honoré par le jury du prix Marin lancé par la Région en 2019 pour récompenser les Auvergnats et les Rhônalpins ayant réalisé un acte de courage. Louana souhaite que la partie du prix accordée à une association soit donnée à une structure qui lutte pour les droits des femmes et protège les femmes battues. Un chèque de 3 000 euros sera ainsi versé à l’association grenobloise Solidarité Femmes – Miléna de la Fondation Boissel.

La conduite exemplaire de plusieurs autres personnes a été également mise à l’honneur 

Jean-Baptiste Girard-Madoux a ainsi reçu le « prix du courage » pour avoir alerté et sauvé ses voisins d’un incendie.
Nicolas Da Costa s’est vu remettre le prix de « l’acte citoyen » pour son intervention lors de l’incendie d’une école maternelle à Pouilly-sur-Charlieu.
Le jury a aussi salué Marwan Dekhissi avec le « prix de l’espoir ». Cet élève de 14 ans a héroïquement sauvé un enfant de 4 ans de la noyade lors d’un voyage pédagogique à Paris.
Quant à Bastien Guo Milet, 14 ans également et bénéficiaire du « prix de l’engagement », il a sauvé deux personnes de la noyade en Méditerranée.

Encourager l’engagement

Tous ont été remerciés lors de la soirée organisée par la Région le 14 novembre dernier en mémoire de l’action de Marin Sauvajon, à l’origine de ce prix qui récompense les héros du quotidien. « Je suis honoré que les héros du quotidien de notre région soient récompensés par un prix qui porte mon prénom. J’aimerais que nous exprimions tous notre reconnaissance à ces courageuses personnes qui nous permettent de nourrir l'espoir d'une société meilleure. Pour donner du sens à l’insensé, ensemble, gardons la tête haute », a déclaré Marin Sauvajon, président du jury du Prix Marin.
Le rendez-vous est déjà pris pour 2020 !

Charles Pietri

Histoire du Prix Marin
Le 11 novembre 2016, Marin Sauvajon, alors âgé de 20 ans, est venu en aide à un couple, importuné au seul motif qu’il s’embrassait, sur le parvis de la gare de la Part-Dieu à Lyon. Pour avoir voulu porter secours, Marin a été sauvagement agressé et son pronostic vital est resté engagé de longues semaines. Il souffre aujourd’hui de lourdes séquelles et bataille chaque jour pour retrouver ses capacités. Par son acte et par le combat quotidien qui est le sien, Marin est aujourd’hui devenu un symbole de courage. Le Prix régional décerné en son nom vise à faire durer l’esprit qui a guidé Marin le 11 novembre 2016 et à récompenser ceux qui, comme lui, agissent ou ont agi en héros dans leur quotidien.

Le jury

Le jury est présidé par Marin Sauvajon.     
Il est composé de plusieurs autres membres désignés par le Président du Conseil Régional : au moins un membre de l’Exécutif régional, au moins un représentant de l’association « La tête haute », au moins un représentant d’association, au moins un chef d’entreprise, au moins un représentant des forces de l’ordre. Chaque année, le lauréat du prix pourra être membre du jury l’année suivante. Le jury est composé au maximum de 10 membres, président du jury compris. Avant la sélection définitive des candidats, le jury se réserve le droit de pouvoir les rencontrer.

En 2019, il est composé de deux membres de l’Association « La Tête Haute – Je soutiens Marin » : Audrey Sauvajon, la mère de Marin et Présidente de l’association, et Anne Wuattier, responsable développement projets ; de deux représentants du monde de l’entreprise : Chantal Mérieux et Loïc Thomas, Président de la maroquinerie Pierre-Cotte ; d’un représentant des forces de sécurité : Patrick Chaudet, Directeur départemental de la Sécurité publique du Rhône ; et d’élus régionaux : Étienne Blanc, Premier Vice-président, Stéphanie Pernod-Beaudon, Vice-présidente déléguée à la Formation, l’Apprentissage et aux Sports, Marie-Camille Rey, Vice-présidente déléguée à la Jeunesse et à la Vie associative et Sandrine Chaix, Conseillère régionale spéciale au Handicap.

Le Prix Marin

Le Prix Marin est décerné annuellement par un jury régional. Le Prix récompense une personne physique, habitante d’Auvergne-Rhône-Alpes, ayant réalisé un acte de courage sur le territoire français après 2016, et qui à l’instar de Marin, a agi un jour en héros dans son quotidien.

Cette action doit s’inscrire dans la spontanéité et ne s’inscrit donc pas dans une logique professionnelle. Un seul prix Marin est décerné par promotion de candidats.

Le prix Marin est doté d’une somme de 3 000 € à destination du bénéficiaire du prix et de 3 000 € à destination d’une association en lien avec la thématique de l’engagement citoyen qui sera choisie collectivement entre le bénéficiaire du prix Marin et le jury.
Le jury se laisse la possibilité de désigner quatre candidats médaillés qui seront récompensés.

Avec le soutien de l'association la Tête haute

Téléchargez ici le règlement du Prix Marin

Retour en haut de page