Sécurité : la Région intervient

Sécurité : la Région intervient

© Michel Pérès

La Région a adopté son plan d'action pour renforcer la sécurité dans les transports, les gares, les lycées et plus globalement dans l'espace public.

Sécuriser les abords des lycées, l'espace public, les gares et les trains, tel est l'objectif de l'intervention régionale pour la sécurité des Auvergnats et des Rhônalpins présentée par Laurent Wauquiez et adoptée lors de l'assemblée plénière du 17 novembre.

Compétence première de la Région, les transports régionaux sont au cœur de cette intervention dédiée à la sécurité. La Région souhaite en effet soutenir les collectivités qui vont mettre en place la vidéo-surveillance aux abords des gares ferroviaires et routières. Aujourd'hui, 13% des gares et haltes seulement sont équipées de vidéo-protection et quelques-unes d'entre elles peuvent visionner les images en temps réel.
En ce qui concerne le matériel roulant, 70 % des rames sont équipées de vidéo, aucune n'étant en service sur le territoire auvergnat.
La Région a donc décidé de doubler le nombre d'équipes de police ferroviaire: 34 équipes, contre 17 actuellement, soit à terme 320 agents.
Elle va financer les investissements nécessaires pour
déployer la vidéo-protection dans 105 gares et, dans les centres les plus "chauds", de mettre en place un centre de supervision "vidéo patrouille" chargé de repérer, en direct, les comportements suspects. Tous les trains neufs qui entreront en service seront, en outre, équipés de vidéo.

Enfin depuis le 1er janvier 2017, policiers nationaux et gendarmes bénéficient de la gratuité des transports sur l'ensemble du réseau TER afin de renforcer la sécurité à bord des trains et reconnaître les efforts particuliers des forces de l'ordre.

Les lycées et les espaces publics

Le travail de sécurisation des lycées a été initié début 2016 avec l'installation de portiques d'entrée. Aujourd'hui une extension de cette démarche, qui regroupe déjà une quinzaine de lycées, est mise en place aux abords des établissements.
L'intervention de la Région portera sur les équipements de vidéo-protection et un recensement des sites prioritaires sera opéré avec les communes et les services de police et de gendarmerie.
Il est également proposé d'aider les communes qui décident de sécuriser leur espace public via un système de vidéo-protection.

Le montant global du plan régional de sûreté est estimé à 100 millions d'euros en investissement sur la durée du mandat et à un coût annuel de fonctionnement de 10 à 12 millions d'euros.

Aller plus loin