« Pouvoir échanger et apporter une meilleure prise en charge »

« Pouvoir échanger et apporter une meilleure prise en charge »

© Guillaume Atger

Virginie Desgrez, médecin généraliste, est installée depuis 3 ans à Cruseilles en Haute-Savoie. Elle prépare l’ouverture d’une maison de santé avec le soutien régional.

Jeune médecin de Cruseilles (74), Virginie Desgrez est à l’origine d’une maison de santé, soutenue par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, dont les locaux seront achevés en janvier 2019. Elle témoigne.

Après vos études parisiennes, pourquoi avez-vous choisi une maison de santé à Cruseilles ?
D’abord pour des raisons familiales. Adeptes du parapente, nous souhaitions nous installer près des montagnes, profiter d’une bonne qualité de vie avec nos enfants. De plus, mon sujet de thèse portait sur les maisons de santé et les avantages d’une organisation pluri-professionnelle.

Quels sont ces avantages ?
Le premier, c’est d’attirer et de maintenir des professionnels de santé. Ici, la population augmente alors que les médecins du baby-boom partent à la retraite et ne sont pas remplacés. La situation ne va pas s’améliorer et le foncier est très cher à Cruseilles. Quand je suis arrivée, j’ai sollicité les professionnels de santé du secteur et, en lien avec la mairie et l’agence régionale de la santé, nous avons monté un projet, labellisé il y a un an et demi.

L’autre atout, c’est de pouvoir échanger et apporter une meilleure prise en charge. Ce nouveau mode d’organisation est aussi bénéfique pour les professionnels de santé, qui ne sont plus isolés dans leur pratique et peuvent s’organiser pour avoir une vie personnelle. C’est important pour être à 100 % avec nos patients ! On le sait peu, mais le « burn out » existe aussi chez les médecins.

Qui occupera la maison de santé ?
Trente professionnels de santé, dont 4 ou 5 médecins, un pôle de 6 kinésithérapeutes, 4 ergothérapeutes, 2 sages-femmes, 2 orthophonistes, 1 orthoptiste, 2 pédicures podologues, 2 psychologues et 1 diététicienne. Un laboratoire d’analyses nous rejoint, ainsi que 3 ostéopathes. Nous espérons qu’un dentiste suivra.

Des aides pour les aidants

La Région a financé la création d’une maison de répit à Tassin-la-Demi-Lune (400 000 €), l’extension de la Maison des parents de Clermont-Ferrand (200 000 €) ou encore la création de la maison d’accueil du Petit Monde en Beaujolais (200 000 €) afin de soulager les familles ou bénévoles qui entourent des personnes malades.

Retour en haut de page