De la caséine technique pour fabriquer du plastique soluble

De la caséine technique pour fabriquer du plastique soluble

Lactips commercialise des granulés thermoplastiques, solubles dans l’eau et entièrement biodégradables. © Michel Pérès
Marie-Hélène Gramatikoff, CEO de Lactips © Michel Pérès
De nombreux tests ont été réalisés pour mettre au point la formule idéale. © Lactips
Des ajustements sur les machines sont en cours pour répondre aux cahiers des charges du client. © Michel Pérès

Dans la série, « Nos start-ups ont du talent », retrouvez Lactips une entreprise ligérienne qui produit des films plastiques à partir de caséine de lait. Premier contrat signé avec Labojal spécialiste des produits ménagers.

« Nous rentrons enfin dans la phase industrielle » se réjouit Marie-Hélène Gramatikoff, la CEO de Lactips qui commercialise des granulés thermoplastiques, solubles dans l’eau et entièrement biodégradables, produit à partir de protéine de lait impropre à la consommation.
Ce procédé très innovant a été breveté grâce aux travaux de Frédéric Prochazka un enseignant chercheur à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne qui consacre aujourd’hui la moitié de son temps à l’entreprise.
Dans les locaux de Saint-Jean-Bonnefonds, près de Saint-Chamond, l’équipe constituées de 23 salariés, s’affaire autour des dernières mises au point des process de fabrication. Une ligne de production est en cours d’installation pour répondre aux premières commandes des clients d’ici la fin de l’année. Premier marché : les films plastiques des tablettes de détergents utilisés dans les lave-vaisselles. « Non seulement nous n’utilisons pas de dérivés pétroliers mais notre produit se dissout beaucoup mieux que les films actuellement employés, et qui sont sources d’insatisfaction des clients » rapporte cette souriante patronne, fine stratège qui table sur d’autres applications dans l’agroalimentaire et la cosmétique.

Lactips a remporté les 1er Trophées des start-ups organisés par la Région, « un plus pour renforcer notre image et notre crédibilité, et rencontrer des investisseurs » se félicite-t-elle. Les négociations commerciales se poursuivent actuellement avec les géants du secteur des produits ménagers.

Après une étude de marché préalable très fouillée, Lactips prévoit, d'ici 2020, d'employer 60 collaborateurs et de réaliser un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros. « Si j’ai le sourire c’est que la phase de levée de fonds s’est révélée très positive » déclare Marie-Hélène, cette ingénieur chimiste de formation, première femme mouliste de France dans l’industrie automobile, passée par un MBA, habitée par la gagne et passionnée de stratégie. « Lactips c’est aussi une aventure humaine, précise-t-elle, nous impliquons beaucoup tous nos salariés qui sont formés et informés de la feuille de route de l’entreprise ».Quatre nouvelles recrues arrivent dans les prochaines semaines.

Aller plus loin

En savoir + sur lactips