Un effort supplémentaire de la Région pour améliorer la qualité des produits et des races

Un effort supplémentaire de la Région pour améliorer la qualité des produits et des races

© Michel Pérès
© Michel Pérès
© Michel Pérès
© Michel Pérès
© Michel Pérès
© Michel Pérès

Le budget 2017 de l’agriculture, le plus fort de l’histoire de la Région, comprend plusieurs dispositifs de soutien à l’élevage dont certains vont être étendus. Toutes les aides cumulées, notamment pour améliorer la qualité des produits et des races, vont passer de 12 à 29 millions d’€.

À l’occasion du Sommet de l’élevage, qui s’est tenu du 4 au 6 octobre à la Grande Halle d’Auvergne, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez et Jean-Pierre Taite, vice-président délégué à l’agriculture, ont rappelé quelques-uns des engagements de la collectivité régionale en faveur des exploitants agricoles, et des éleveurs en particulier.

Des dispositifs étendus

Laurent Wauquiez a ainsi précisé : « Il existait des aides aux filières en Rhône-Alpes qui n’existaient pas en Auvergne. Nous allons donc étendre le dispositif, ce qui amènera aux éleveurs d’Auvergne 5 millions d’€, qui seront utilisés pour améliorer la qualité des produits et des races. » Plus globalement, le cumul des aides est plus que doublé. « Elles vont passer globalement de 12 à 29 millions d’€ », a également rappelé le président.

Cet effort régional en faveur de l’agriculture, effort budgétaire pour relancer les investissements et en termes d’organisation pour simplifier les procédures administratives d’accès aux aides, est, de manière complémentaire, renforcé par plusieurs démarches portées par Auvergne-Rhône-Alpes : La Région du Goût, marque incitative pour que les consommateurs achètent local, mais aussi La Région dans mon assiette, opération pour favoriser la consommation de produits locaux dans les cantines des établissements scolaires. Sur ce dernier point, le vice-président Jean-Pierre Taite exprime un vœu emblématique : « Nous souhaitons que 50 % des viandes servies dans les lycées proviennent de la région. Et nous aiderons aussi les éleveurs lorsqu’ils investiront. »