Assises du BTP : la Région joue la carte de la préférence régionale

Assises du BTP : la Région joue la carte de la préférence régionale

© Michel Pérès

En organisant lundi 2 octobre des Assises du BTP et de la préférence régionale, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a scellé son engagement auprès des entreprises régionales et réaffirmé sa volonté de lutter contre le travail détaché.

Les responsables des fédérations représentatives du secteur du BTP (Bâtiment et travaux publics) d’Auvergne-Rhône-Alpes étaient réunis ce lundi 2 octobre à l’Hôtel de Région à Lyon pour la tenue d’Assises du BTP et de la préférence régionale. À l’issue de la rencontre, une charte BTP, axée sur 17 propositions et allant dans ce sens, a été signée entre la Région et les Fédérations du BTP (FRTP, CNAT, CAPEB, FFB, SCOP BTP), pour marquer cet engagement.

Faire travailler prioritairement les entreprises régionales sur les chantiers régionaux est l’un des chevaux de bataille du président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez. Il l’a rappelé avant cette signature de charte : « Il n’est plus question de privilégier le moins-disant au détriment du mieux-disant », pointant également du doigt la pratique qui consiste à recourir de manière abusive à des travailleurs détachés. L'enjeu est de « donner la priorité aux entreprises qui emploient, embauchent des apprentis et investissent en Auvergne-Rhône-Alpes ».

Soutenir l’emploi local

À l’heure où elle prévoit de gros investissements, en particulier au niveau des travaux dans les lycées puisqu’elle prévoit un plan d’investissement de 1,5 milliard d’euros pour les établissements scolaires sur la durée du mandat, la Région entend ainsi jouer la carte des entreprises locales. L’objectif principal est évidemment de soutenir le plus efficacement possible l’emploi local.

Au niveau des marchés publics, l’idée est en particulier de promouvoir la prise en compte de variantes : la plupart des cahiers des charges autorisent en effet la présentation de variantes, à partir du moment où elles n’ont pas d’incidence sur les autres lots d’une consultation et sur le planning général. Laurent Wauquiez l'a indiqué au cours de cette journée : « Les décideurs publics doivent cesser de se retrancher derrière le juridisme pour en faire l'alibi de leur impuissance ou de leur inaction. Aussi à travers ces engagements, je souhaite apporter la démonstration que le code des marchés publics permet de trouver les marges de manœuvre nécessaires pour soutenir nos entreprises. »

© Michel Pérès

La Région investit pour les lycéens

Le plan d’investissement massif annoncé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes dans les lycées comprend :
- un « plan de rattrapage » de 500 M€ pour réhabiliter les lycées les plus dégradés (58 lycées en mauvais ou très mauvais état)
- un « plan exceptionnel d’investissement » de 500 M€ également, pour faire face au flux démographique (construction de 4 nouveaux lycées publics en Haute-Savoie, dans l’Ain, l’Isère et le Rhône ; construction d’un nouveau lycée à Clermont-Ferrand et d’un internat de grande capacité ; conduite d’opérations d’extension de capacité)
- un « plan exceptionnel d’investissement » étendu aux lycées privés, de 50 M€ supplémentaires jusqu’à la fin du mandat
- un « plan de maintenance immobilière » de 300 M€ pour améliorer le bâti existant de manière continue
- un « plan d’actions transversales » de 200 M€, parmi lesquelles la poursuite de la sécurisation de tous les lycées d’ici 2021, des opérations pour permettre l’accueil des élèves en situation de handicap ou encore l’accroissement de la performance énergétique des constructions.

Aller plus loin

Auvergne-Rhône-Alpes compte 19 000 artisans et entreprises du bâtiment, ce qui se traduit par une activité évaluée à 21 milliards d'€ par an, 110 000 emplois pour le bâtiment et 50 000 pour les travaux publics.

>> À lire aussi :
La rentrée dans les lycées à l’heure des investissements massifs
La Région soutient les lycées privés

© Andréa Aubert