51e édition du Festival de musique de La Chaise-Dieu

51e édition du Festival de musique de La Chaise-Dieu

© Bertrand Pichene / Festival de musique de La Chaise-Dieu

Pour son édition 2017, le Festival de musique de La Chaise-Dieu propose au public une trentaine de concerts de haute tenue du 18 au 27 août, en un temps privilégié de ressourcement à l’écoute de grands chefs-d’œuvre de la musique sacrée et symphonique.

Il y a déjà plus d’un demi-siècle que le pianiste virtuose György Cziffra a donné le premier concert faisant naître le Festival de musique de La Chaise-Dieu, en septembre 1966. La 51e édition de ce grand rendez-vous estival, fidèle à l’esprit et à la démarche de diffusion de son fondateur, promet au public des moments musicaux exceptionnels du 18 au 27 août. La Région Auvergne-Rhône-Alpes est naturellement partenaire de ce rendez-vous attendu de tous les mélomanes.

Avec des dizaines de rendez-vous à La Chaise-Dieu, mais aussi dans une vingtaine de villes et villages de Haute-Loire et du Puy-de-Dôme, le festival a su, au fil des éditions, transcender les frontières géographiques et proposer toujours plus d’événements en accès libre : des sérénades itinérantes, des concerts à ciel ouvert, des conférences thématiques, des stages d’éveil musical, des concerts en famille et des auditions d’orgue, avec des récitals particulièrement appréciés. En tout, les 29 grands concerts du programme officiel seront complétés par une quarantaine d'événements en accès libre.

Du clavecin à la musique sacrée contemporaine

Le programme de cette 51e édition précise qu’elle sera « encadrée par deux figures féminines, avec en ouverture l’oratorio baroque Marie-Madeleine aux pieds du Christ du compositeur vénitien Caldara, et en clôture la Messe solennelle en l’honneur de sainte Cécile de Gounod ». Les fondamentaux du festival seront à l’affiche, à commencer par le piano avec des récitals en l’abbatiale de Michaël Levinas (Bach, Beethoven, Debussy) et Roger Murano (Messiaen), et même la flamboyante Rhapsody in blue de Gershwin, par Simon Ghraichy.

Du côté de la musique sacrée, les amateurs se laisseront guider par la spiritualité de la Passion selon saint Jean, de J.-S. Bach, du Requiem de Verdi et du Stabat Mater de Haydn. La musique symphonique sera aussi à l’honneur avec la complicité de formations de prestige, tels l’Orchestre philharmonique royal de Liège et l’Orchestre national de Lyon. Place sera faite à la musique ancienne, avec la mise en valeur du clavecin acquis en 2016 (et parrainé par Benjamin Alard) le temps du récital du 20 août et d’un concert de musique de chambre le lendemain (intégrale des Concertos brandebourgeois de J.-S. Bach).

Signalons enfin la soirée du 22 août dédiée au compositeur allemand Telemann, pour le 250e anniversaire de sa mort, et la présentation d’œuvres majeures de musique sacrée française de notre temps, où seront mis à l’honneur Duruflé, Poulenc, Thierry Escaich, Thomas Lacôte et Philippe Hersant (les 25 et 26 août).

Le Festival de musique de La Chaise-Dieu a acquis, depuis sa création, une renommée qui ne s’est jamais démentie et qu’il a toujours eu à cœur de mériter. Sa 51e édition renouvelle une promesse : celle de proposer de très grandes pages de la musique classique, interprétées par les meilleures formations, le temps d’une décade placée sous le signe de l’intemporalité de la musique.

Deux grandes expositions en entrée libre

Deux expositions à ne pas manquer se tiennent à l’Abbaye de La Chaise-Dieu, jusqu’au 30 septembre : Souche, œuvre de l’artiste Anne-Sophie Emard où se mêlent les images en mouvement grâce à un dispositif numérique, et La Signature de l’Architecte, une exposition mettant en avant la création architecturale contemporaine au sein du projet de restauration de l’abbaye. Toutes deux sont gratuites et sont présentées dans des lieux nouvellement restaurés. Elles constituent donc une occasion privilégiée de redécouvrir les anciennes cuisines de l’abbaye et l’ancienne chapelle mauriste Notre-Dame du Collège. Cerise sur le gâteau, ces expositions sont exceptionnellement ouvertes jusqu’à 21 h pendant toute la durée du festival (fermeture habituelle à 18 h).

Aller plus loin