Un Plan Fruits pour répondre aux enjeux de la filière

Un Plan Fruits pour répondre aux enjeux de la filière

© Michel Pérès

La Région vient d’adopter, en session des 29 et 30 juin, un Plan Fruits doté d’une enveloppe de 8,5 millions d’euros, dont les actions se déploieront de 2017 à 2020. Il est assorti d’un volet d’intervention en faveur des châtaigneraies traditionnelles (849 000 €).

Émilie Bonnivard, vice-présidente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes déléguée à l’agriculture, à la ruralité, à la viticulture, aux produits du terroir et à la forêt avait rendez-vous dans la Drôme, le 17 juillet, pour une journée dédiée à la filière fruits. Deux visites étaient au programme : au domaine Fauriel Fruits, à Loriol-sur-Drôme, et à la Coopérative Lorifruit. La présentation du Plan Fruits, dont vient de se doter la collectivité régionale, était au cœur de ce rendez-vous en terre drômoise.

« Le maintien de la production arboricole régionale est capital si nous voulons garantir un revenu décent à nos agriculteurs, et des volumes suffisants pour alimenter les entreprises », insiste notamment Émilie Bonnivard.

Gagner en compétitivité

Abondé à hauteur de 8,5 millions d’€ pour la période 2017-2020, le Plan Fruits a pour principal enjeu « d’aider à construire une filière arboricole solide et véritablement compétitive par rapport aux régions spécialisées », sachant que la filière fait face localement à deux handicaps : d’une part les exploitations sont majoritairement de petite taille, d’autre part elles peinent à être compétitives du fait du coût de la main d’œuvre, plus élevé en France que dans d’autres pays producteurs.

Le soutien régional s’articulera ainsi autour de trois axes principaux.

  • Renforcer la compétitivité des exploitations et des entreprises / 4,56 millions d’€ : L’accent sera mis sur la rénovation des vergers, d’autres investissements dans les exploitations et des aides directes aux entreprises dans leurs pratiques et leur stratégie.
  • Protéger les productions fruitières face aux aléas climatiques / 3,7 millions d’€ : L’objectif est ici d’atteindre un taux de couverture par exploitation et par espèce permettant de garantir un revenu minimal en cas d’aléas. Sont notamment au programme le financement de filets paragrêles, anti-insectes de dispositifs antigel, de tunnels, et le renforcement de structures existantes contre les coups de vent forts qui sont de plus en plus nombreux.
  • Développer la promotion et la communication / 300 000 euros : Des opérations commerciales en magasin et des outils de promotion sous forme de signalétique seront mis en place dans ce cadre.

Châtaignes : enrayer le déclin en produisant davantage

Enfin, signalons qu’un dispositif spécifique a également été adopté par l’assemblée régionale en faveur des châtaigneraies traditionnelles, à hauteur de 849 000 € ; toujours sur la période 2017-2020. Ce secteur connaît en effet « un déclin fort depuis le XIXe siècle, lié à l’intensification de l’agriculture et aux maladies dans les vergers ».

Sur ce volet spécifique, l’ambition est d’atteindre de nouveaux objectifs : produire 450 tonnes supplémentaires de Châtaignes d’Ardèche AOP, et parvenir à produire 60 tonnes dans le Cantal. Pour cela, la reconquête de 660 hectares de vergers supplémentaires sera nécessaire.

© Michel Pérès

Quelques chiffres clés

  • La filière fruits représente 30 000 hectares en région, soit 20 % des surfaces nationales ;
  • Auvergne-Rhône-Alpes occupe le 2e rang national, toutes productions de fruits confondues. Elle est au 1er rang en fruits à coque et en petits fruits ;
  • Il y a 7 500 exploitations, dont la moitié spécialisées en fruits ;
  • La Région est leader national de la production de châtaignes, avec principalement l’Ardèche (5 000 tonnes, soit 40 % de la production nationale) et quelques zones en Auvergne.