Un plan thermal de 20 M€ pour booster la clientèle « bien-être »

Un plan thermal de 20 M€ pour booster la clientèle « bien-être »

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a débloqué une enveloppe de 17 millions d’euros pour subventionner 15 stations dans le cadre de son plan thermal, d’ici 2020. L’objectif principal est d’impulser une dynamique et amener de nouvelles clientèles séduites par le volet bien-être.

Le thermalisme figure parmi les 5 axes prioritaires de la politique touristique régionale, aux côtés de la pleine nature, de l’œnotourisme et de la gastronomie, des stations de montagne, des itinérances et des grandes randonnées. En novembre 2016, le président Laurent Wauquiez avait ainsi lancé officiellement un grand plan thermal, devant constituer une feuille de route précise pour booster le secteur du thermalisme tout en étant en pointe sur les nouvelles tendances du secteur.

Boom du bien-être, une opportunité à saisir

Les résultats de l’appel à projets lancé en janvier dernier dans ce cadre ont été présentés vendredi 30 juin à Lyon par Nicolas Daragon, vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes délégué au tourisme et au thermalisme accompagné de Frédéric Bonnichon, conseiller régional chargé du suivi du plan thermal.

L’enjeu est de répondre à un double objectif : diversifier l’offre et attirer plus de clientèles, en particulier sur le marché du bien-être. Auvergne-Rhône-Alpes ambitionne grâce à ce soutien dédié à un secteur porteur, de devenir « la région référence sur le champ de la prévention santé, et la première région thermale de France en termes de fréquentation ».

Le bien-être est en effet devenu, ces dernières années, un enjeu de premier plan avec une évolution progressive de la question de la santé vers la prévention et le bien-être. « Soins, activité physique, gestion du stress, nutrition, programme d’éducation thérapeutique : la notion de santé globale s’est peu à peu imposée. Au-delà de l’aspect médical, cette évolution constitue une opportunité de positionner les stations thermales d’Auvergne-Rhône-Alpes comme des pôles d’excellence de la pleine santé », précisent encore Nicolas Daragon et Frédéric Bonnichon. La Région Auvergne-Rhône-Alpes entend bien négocier ce tournant avec succès.

15 stations sélectionnées sur 19 candidates

Sur 19 stations thermales ayant candidaté, 15 ont été retenues pour un accompagnement spécifique : Aix-les-Bains, Allevard-les-Bains, Brides-les-Bains, Châtel-Guyon, Chaudes-Aigues, Montbrun-les-Bains, Neyrac-les-Bains, Saint-Gervais, Uriage-les-Bains, Vals-les-Bains, Vichy (pour la 1re phase), et Divonne-les-Bains, La Bourboule, Le Mont-Dore et Royat (2e phase).

Précisons que les 4 stations ayant candidaté et qui ne sont pas éligibles à ce stade au dispositif du plan thermal, pourront tout de même être accompagnées dans certains projets de développement sur d’autres dispositifs d’aides : aménagement du territoire, hébergements, culture… Il s’agit de La Léchère-les-Bains, Montrond-les-Bains, Néris-les-Bains et Bourbon-l’Archambault.

Accompagner les stations thermales nouvelle génération

Le plan thermal de la Région Auvergne-Rhône-Alpes est doté d’un budget de 20 millions d’€. Il est dédié à « l’accompagnement des projets de développement de stations thermales nouvelle génération » à travers la modernisation des équipements, pour optimiser la fréquentation des stations thermales et accélérer le mouvement de création d’emplois dans ce secteur.

Plus précisément, l’investissement régional se répartira ainsi :

  • 17 millions d’€ seront consacrés exclusivement aux projets d’investissements des 15 stations thermales sélectionnées, après appel à projets.
  • 3 millions d’€ seront réservés aux actions collectives de soutien à l’innovation, à la formation et à la promotion du thermalisme, bénéficiant ainsi aux 24 stations thermales d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Aller plus loin