La Région finance le développement et l’extension des Laboratoires Baush & Lomb à Aubenas

© Charles Pietri

Dans le cadre du plan de relocalisation, la Région apporte aux Laboratoires Bausch & Lomb, premiers employeurs du bassin d’Aubenas, une aide de plus de 920 000 € pour accompagner le développement de l’entreprise. Elle pourra ainsi doubler ses capacités de production de collyres et à terme, créer plus de 40 nouveaux emplois sur le site ardéchois.

« Ici, à Bausch & Lomb, on a une entreprise industrielle de pointe, un site historique qui se développe, qui investit, qui innove. Le rôle de la Région, c’est d’être à ses côtés et de l’accompagner », a insisté Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, accompagné d’Olivier Amrane, Président du Conseil départemental de l’Ardèche et Conseiller spéciale de la Région chargé de la Ruralité, lors d’une visite le jeudi 14 avril aux Laboratoires Bausch & Lomb à Aubenas. « La crise du Covid nous a montré combien, au niveau industriel, nous étions dépendants de l’étranger et combien cette dépendance mettait en danger notre souveraineté économique. Je refuse cette fatalité. Auvergne-Rhône-Alpes est la première région industrielle de France et nous allons continuer à nous battre pour conserver ce dynamisme économique, ces entreprises et ces emplois. Parce que défendre l’industrie, c’est possible, surtout en milieu rural, c’est possible. »

Encourager la création d’emplois locaux

Le site d’Aubenas est spécialisé dans la production et la distribution de produits ophtalmologiques. Il appartenait historiquement au laboratoire Chauvin et emploie aujourd’hui près de 400 salariés. C’est une véritable fierté locale, une entreprise qui investit et est à la pointe de son domaine de production.

La Région se devait d’accompagner cette formidable aventure industrielle, une entreprise qui innove et se développe. La Région a ainsi débloqué plus de 920 000 € pour lui permettre de doubler ses capacités de production de collyres. Un projet qui permettra, à terme, de créer plus de 40 nouveaux emplois sur le site ardéchois.

En effet, le site est actuellement en train de mener d’importants projets de développement et d’extension avec un investissement global de plus de 30 millions d’euros.

La relocalisation, priorité de l’action régionale

« La crise du Covid nous a montré combien, au niveau industriel, nous étions dépendants de l’étranger et combien cette dépendance mettait en danger notre souveraineté économique », alerte Laurent Wauquiez. « Je refuse cette fatalité. Auvergne-Rhône-Alpes est la première région industrielle de France et nous allons continuer à nous battre pour conserver ce dynamisme économique, ces entreprises et ces emplois. Parce que défendre l’industrie, c’est possible, surtout en milieu rural ». Depuis 2016, la Région accompagne le développement de l’industrie sur le territoire. Auvergne-Rhône-Alpes est la première région industrielle de France avec plus de 510 000 emplois. Ce soutien s’est matérialisé par de nombreux dispositifs dédiés au développement et à l’implantation de sites industriels. La relocalisation est d’ailleurs l’une des priorités de l’action régionale à l’aube de ce nouveau mandat.

L’Ardèche, locomotive de la relocalisation industrielle en Auvergne-Rhône-Alpes

A ce titre, la Région a adopté, en décembre dernier, un Plan de relocalisation doté d’1,2 milliard d’euros dont l’objectif est de soutenir l’activité industrielle, d’accompagner les projets d’implantation de sites industriels et donc de ramener des emplois en Auvergne-Rhône-Alpes. L’ambition de ce plan est de relocaliser 30 000 emplois dans notre région. Le soutien aux Laboratoires Bausch & Lomb s’inscrit dans cette optique.

« Quand on pense à l’Ardèche, on ne pense pas toujours à la relocalisation industrielle. Pourtant, ce département est l’une des locomotives en la matière dans notre région. Nous accompagnons plusieurs projets d’implantations industrielles partout dans le département, qui ramènent de l’emploi chez nous, qui créent de l’activité chez nous. A la Région, nous avons fait le choix d’investir prioritairement dans nos territoires ruraux parce que l’argent et l’activité ne peuvent pas et ne doivent pas se concentrer exclusivement dans nos grandes métropoles. Pour ramener de l’activité en zones rurales, nous avons fait le choix de miser sur l’industrie, de miser sur nos entrepreneurs qui créent de l’emploi, de leur offrir les meilleures conditions possibles pour investir en Auvergne-Rhône-Alpes », conclut le président.

Retour en haut de page