Le nouveau lycée de Clermont-Ferrand s’appellera Gergovie

© Charles Pietri
Le nom du lycée Gergovie a été dévoilé vendredi 25 mars au cours de la visite de fin de chantier.

Dès la rentrée de septembre 2022, un nouveau lycée professionnel construit par la Région ouvrira ses portes à Clermont-Ferrand. Baptisé lycée Gergovie, il pourra accueillir 1 000 élèves dans des locaux exemplaires sur le plan environnemental.

Le lycée qui ouvrira en septembre prochain à Clermont-Ferrand est avant tout pensé comme un établissement moderne proposant des formations sur des filières porteuses d’emplois avec des CAP, Bac Pro, et BTS sur les métiers de l’environnement, des transitions numérique et énergétique, de la sécurité, de l’esthétique, mais aussi, des soins et services à la personne, de l’enfance et des personnes âgées. Une visite de fin de chantier du président de la Région Laurent Wauquiez a permis, le 25 mars, de dévoiler son nom : ce sera le lycée Gergovie !

La Région a investi 57,5 millions d’euros pour ce projet ambitieux. La création de ce nouveau lycée au cœur de l’écoquartier Saint-Jean s’inscrit dans l’action déployée par la Région afin de proposer aux habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes, et plus particulièrement aux jeunes, des infrastructures de qualité, modernes et performantes. Ce nouvel établissement pouvant accueillir un millier d’élèves se substituera à deux lycées professionnels clermontois : Marie-Curie et Camille-Claudel. Le projet intègre également la réhabilitation du site du lycée Marie-Curie, afin de créer un internat pouvant accueillir jusqu’à 300 pensionnaires.

Faire sortir de grands projets utiles à tous

Laurent Wauquiez a déclaré, au cours de la visite de fin de chantier : « Ce nouveau lycée est l’incarnation de la capacité que nous avons en Auvergne de mettre nos différences de côté pour faire sortir de grands projets ambitieux et utiles pour nos habitants. Il permettra à nos enfants d’étudier dans un cadre de vie d’une qualité exceptionnelle avec des locaux modernes et respectueux de l’environnement. Ce qui est important pour moi, c’est aussi que nos jeunes suivront des formations professionnalisantes avec derrière des débouchées vers de vrais métiers dans des secteurs d’avenir tels que le numérique, la transition énergétique, la sécurité et l’aide à la personne. »

Au sujet du choix du nom du lycée, en hommage à la célèbre bataille remportée par les troupes de Vercingétorix, le président de la Région a enfin ajouté : « En portant le nom de Gergovie, ce lycée sera également un témoin de notre histoire. Je suis très attaché à la transmission de notre patrimoine immatériel et de notre identité. J’ai la conviction profonde que ce nom emblématique est un formidable moyen pour donner à nos jeunes le goût de ce récit fondateur, pour la mémoire collective de notre pays et de notre territoire, que représente cette incroyable victoire d’un jeune chef arverne contre Jules César, le puissant proconsul des Gaules que le monde entier pensait alors invincible. »

© Charles Pietri

Un projet exemplaire sur le plan environnemental

Le lycée Gergovie est, par sa taille, le plus gros chantier en paille et bois d’Europe. Par ailleurs, la Région a tenu à ce qu’il soit réalisé à partir de matériaux locaux. Ainsi, l’isolation thermique sera assurée par 17 000 bottes de paille locale de la plaine de Limagne récoltées par un agriculteur situé près d’Ennezat. Pour la construction du lycée, 4 600 m3 de bois local issus des forêts du Massif Central ont été utilisés. Le recours au bois et à la paille permet une réduction de 60% des émissions de CO2 en comparaison d’une solution classique type béton-laine minérale. Réalisée en lave volcanique, la façade rappellera le paysage naturel du territoire marqué par la célèbre Chaîne des Puys.

De plus, les terrasses du bâtiment seront équipées de 800 m2 de panneaux photovoltaïques. Enfin, la chaufferie sera alimentée par des granulés de bois produits dans le département du Puy-de-Dôme. Le lycée Gergovie aura la plus haute labélisation existante en termes de performance énergétique. Mesurée à chaque étape du projet, son emprunte carbone est faible et il produira plus d’énergies qu’il n’en consommera.

La promotion des produits et savoir-faire locaux s’est également illustrée dans le principe de préférence régionale appliqué à l’ensemble des marchés publics de la Région. Ainsi, plus de 90% des entreprises mobilisées sur ce projet sont issues d’Auvergne-Rhône-Alpes.

© Charles Pietri

Retour en haut de page