Formation professionnelle et apprentissage

Formation professionnelle et apprentissage

Une formation pour un emploi


La formation professionnelle est le socle de la politique de l'emploi menée par la Région. La collectivité travaille avec les branches professionnelles, les partenaires sociaux et les territoires pour construire une offre de formation adaptée aux besoins économiques des entreprises.

> Un contexte légal

La loi du 5 mars 2014 a permis un nouveau transfert de compétences aux Régions, pour en faire de véritables autorités organisatrices en matière de formation professionnelle. Elles sont chargées "de la politique régionale d'accès à l'apprentissage et à la formation professionnelle des jeunes et des adultes à la recherche d'un emploi ou d'une nouvelle orientation professionnelle".

Chargées de financer et de coordonner les financements des actions de formation en direction de ces publics, les Régions voient également renforcée leur mission de pilotage et de mise en cohérence de l'ensemble des acteurs et des dispositifs intervenant dans le domaine de la formation professionnelle initiale et continue et de l'orientation professionnelle.
Ces compétences renforcées s'exercent dans du Service public régional de la formation professionnelle (SPRFP) et du Service public régional de l'orientation (SPRO), ainsi que d'un nouvel outil de programmation : le contrat de plan régional de développement des formations et de l'orientation professionnelles (CPRDFOP)

> Des dispositifs opérationnels

La Région passe des conventions directement avec les entreprises pour leur apporter un soutien sur mesure qui prévoit la prise en charge des frais de formation professionnelle de chômeurs en échange d’une promesse d’embauche. En 2017, un budget de 15 millions d’euros est ainsi alloué aux Contrats de retour à l’emploi durable (CARED).

Elle soutient aussi l’apprentissage. Après les premières assises en faveur de l’apprentissage, la Région s’est engagée à augmenter le nombre de contrats pour atteindre 55 000 apprentis d’ici 2021, contre 50 000 actuellement. Elle soutient les entreprises qui les embauchent et participent aux efforts d'investissements pour la rénovation ou la construction des Centres de formation pour améliorer les conditions d’accueil et d’études.

> Valoriser les savoir-faire

La Région soutient les secteurs d’activités aux savoir-faire ancestraux. Elle a lancé un plan régional pour soutenir les métiers d’art qui représente 3 500 entreprises, afin de valorise ce secteur en créant un pôle de compétence spécifique ainsi qu’un prix spécifique récompensant les jeunes talents.

Pour lutter contre le chômage des jeunes, la Région soutient différentes initiatives de formation portées par les écoles de la deuxième chance, Les apprentis d’Auteuil ou encore les Ecoles de production qui expérimentent et valident des pédagogies alternatives. Avec ces dernières elle a signé un partenariat jusqu’en 2021 qui prévoit l’ouverture d’une première école en territoire auvergnat après 7 écoles en activité sur Rhône-Alpes dont la plus ancienne située à Vaulx-en-Velin, fondée par l’Abbé Boisard en 1948.

Formations sanitaires et sociales : la Région aux petits soins

© Laurence Barruel

Sage-femme, infirmier, éducateur… les formations sanitaires et sociales permettent à des dizaines de milliers de jeunes de se former et de trouver un emploi dans des secteurs très demandeurs en professionnels qualifiés. 90% des diplômés sont en effet embauchés rapidement après la fin de leurs études.

La Région définit, organise et participe au financement de l’offre de formation aux diplômes d’État sanitaires et sociaux pour des élèves et des étudiants en formation initiale ou continue. Elle propose ainsi 24 diplômes de niveau V, équivalent du CAP/BEP, aux niveaux III et II pour le supérieur. Auvergne-Rhône-Alpes compte 123 sites de formation et la Région tente d’assurer une réelle couverture territoriale pour les premiers niveaux de qualification afin de répondre à des besoins locaux de l’offre de soins.

La Région apporte également son soutien aux élèves et étudiants dont les ressources sont insuffisantes pour améliorer leurs conditions d’études. Les élus ont ainsi octroyé 5 500 bourses d’études en 2016,
améliorer le soutien aux élèves inscrits dans une formation sanitaire de niveau V, avec l’harmonisation entre les anciennes Régions Auvergne et Rhône-Alpes, et mis œuvre de la gratuité des frais de formation, en partenariat avec Pôle emploi (2 700 prises en charge).